Sur place, ils ont constaté le conditionnement, en vrac, dans de grands seaux blancs, de cachets de couleur bleue, jaune et blanche. La société Pfizer a rapidement confirmé le caractère contrefaisant des cachets bleus, plus de 50 000, copiant la marque « Viagra ». Le détenteur de la marque « Cialis », la société Lilly, est arrivé aux mêmes conclusions concernant les 350 000 cachets jaunes. Les cachets blancs ont été envoyés pour analyse au service commun des laboratoires douane/DGCCRF. Les scientifiques ont rapidement confirmé la forte teneur de ceux-ci en pseudo-éphédrine, stupéfiant utilisé dans la synthèse des amphétamines. Les deux tonnes de cachets auraient permis d’obtenir la fabrication, après transformation, de plus de 2 500 000 doses de métamphétamines, d'une valeur à la revente de plusieurs dizaines de millions d’euros. Quelques jours auparavant, les agents de la Direction des douanes et droits indirects de Roissy, avaient saisi 200 000 cachets contrefaisant la marque Viagra, d’une valeur estimée à 3 millions d’euros. Cette marchandise provenait d’Inde et était à destination de Saint-Domingue. En 2007, la douane française a saisi 781 761 médicaments de contrefaçon.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support