L’activité a été plus dynamique à l’export. Mais ce sont principalement les plus grandes entités qui inscrivent une hausse en moyenne +3,5% (entreprises de + de 20 salariés) contre -3% pour les petites (-20 salariés).
Au cours de cette période, le niveau de stocks a été conforme à la normale, témoigne la majorité des professionnels. La proportion d’acteurs observant un niveau supérieur est quasi égale à celle faisant le constat inverse (soit un chef d’entreprise sur sept).

Concernant l’orientation des prix d’achat, à l’instar du reste de la filière Forêt-Bois, la majorité des professionnels du secteur emballages bois et palettes souligne une hausse des prix d’achat par rapport au trimestre précédent. Texte AlternatifCette augmentation semble plus prononcée concernant le prix d’achat des résineux où plus des trois quarts des intervenants témoignent de cette progression (contre six sur dix concernant le prix d’achat des feuillus). En revanche, c’est la stabilité des prix de vente qui est observée pour plus de six professionnels sur dix. Un quart des responsables estime que les prix de vente sont en baisse par rapport au trimestre précédent alors qu’ils ne sont qu’un sur sept à souligner une évolution contraire. Dans ce contexte, près de la moitié des intervenants de la fabrication d’emballages en bois et palettes accuse une réduction de leurs marges. La proportion de professionnels témoignant d’une hausse demeure très faible (seulement un sur vingt-cinq).
Au vu du carnet de commandes, la situation s’est améliorée au cours du 2è trimestre puisque selon quatre responsables sur dix, ces carnets ont été en hausse au cours de cette période.

Côté investissements, l’orientation est jugée positive avec une nouvelle progression des intentions d’investissement à six mois: un responsable sur cinq envisage d’investir dans les six mois à venir et ce principalement dans le matériel de production.
Texte Alternatif
Si corrélativement à la hausse des carnets de commande durant le second trimestre 2010, les professionnels de la fabrication d’emballages en bois et palettes se montrent moins inquiets quant à l’état de ces derniers, en revanche, l’approvisionnement demeure un sujet de préoccupation majeur (cité par plus de quatre responsables sur dix) ainsi que les difficultés de trésorerie (sujet évoqué désormais par près d’un tiers des intervenants).
Les difficultés de recrutement ainsi que les relations avec les banques réintègrent le classement de ce trimestre en concernant tout de même près d’un responsable sur dix.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support