Avec la progression du marché du sandwich en France (+9% en 2009 –source Gira Conseil), l’emballage fait partie intégrante de l’offre snacking. «La présentation du packaging est un élément essentiel, aussi le salon lui apporte toute son attention» a souligné Corinne Menegaux, directrice du salon, ce matin lors d’une conférence de presse sur la présentation de ce que sera l’édition 2011 l(2 et 3 mars 2011, Porte de Versailles). Pour répondre à cette attente des visiteurs (82% viennent y rechercher de nouveaux produits), le salon va mettre l’accent sur l’innovation avec de nouveaux développements, de nouvelles technologies, mais aussi sur les nouvelles tendances, «autre attente forte des visiteurs» indique la directrice du salon. Parmi ces nouvelles tendances, elle note l’offre «déjeuner» en boulangerie-traiteur, ainsi que l’emballage et les nouveaux concepts.
Pour repérer les tendances, le salon présentera notamment l’Espace Tendances&Concepts pour «mieux saisir les enjeux de la révolution du snacking», et en exclusivité un Carnet de tendances exclusif, réalisé en partenariat avec Cate Marketing. Autre nouveauté, le salon Sandwich&Snack 2011 va accueillir dans son enceinte un nouveau salon professionnel, le salon Parizza, contraction d’un espace dédié à la pizza et d’un autre consacré aux pâtes. Ce nouveau salon, dont le taux de remplissage à ce jour est de 60%, indique C. Menegaux, attend 80 exposants et 3000 visiteurs. En France, le marché de la pizza c’est 3 milliards de pizzas, un CA de 2,35 milliards d’euros, et un ticket moyen de 14,50 euros. Quant aux pâtes, l’Italie représente 75% de la production européenne, 26% de la production mondiale, et exporte 1 656 000 tonnes de pâtes (chiffres Gira Conseil-2008).
Plus globalement, le marché du snacking déclare un CA de 35 milliards (TTC et boissons comprises- chiffres 2009- Gira Conseil), soit 50% du marché de la restauration en France. Le nombre de repas est de 5,3 milliards, et 71% des repas coûtent moins de 10 euros. Si la crise a impacté en 2009 la restauration, son effet a été mineur pour la restauration rapide (-0,1%) comparé à la restauration traditionnelle (-4,2%).
Ce marché –qui se rapporte à tout produit ne nécessitant pas de consommation à table- se décline autour de 5 circuits principaux (% volume) : le circuit traditionnel (cafés, bars, brasseries, sandwicheries, kébab...), le plus important et de loin avec 55,3%, suivi par la GMS (22%) en progression de 3%, et les circuits alternatifs. Ces derniers sont constitués par les métiers de bouche (traiteurs, boulangeries) avec 15% et en progression de 4%, et les stations services (2,9%). Le salon 2011 portera un intérêt tout particulier à ces circuits alternatifs qui prennent de plus en plus de poids, et qui suscitent un intérêt grandissant de la part des visiteurs. 15% d’entre eux viennent de ces circuits. Les premiers viennent de la restauration hors domicile (43%), suivis de l’industrie alimentaire (20%), de la restauration collective (10%) et des services (12%).
Ajoutons que le Sandwich&Snack Show 2011 attend 400 exposants et plus de 10 000 visiteurs. Et qu’un programme riche de conférences, tables rondes et ateliers débats permettra de mieux comprendre les enjeux de la restauration rapide.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support