«La priorité de Norampac étant de consolider sa position de chef de file en Amérique du nord, Cascades en est venue à la conclusion qu'il était plus stratégique pour le groupe de céder l'usine d'Avot-Vallée à une entreprise ayant la capacité d'en assurer le développement et la pérennité» a déclaré Marc-André Dépin, président et chef de la direction de Norampac, une division de Cascades.
De son côté, l’investisseur qui reconnaît la position de leader de l’entreprise note une possible stratégie de complémentarité avec l’une des sociétés de son portefeuille, à savoir Kotkamills (ex division du groupe Stora–Enso qui opère dans le bois et le papier). S’appuyant sur le potentiel que représente l’usine de Blendecques – tant au niveau de sa production fondée «sur des valeurs fortes» d'environnement avec la récupération et le recyclage que son outil industriel - la société d’investissement parle également d’un important potentiel d’expansion, à travers à la fois des acquisitions et de la croissance organique. Bien que Norampac Avot-Vallée ait été une division de Cascades depuis de nombreuses années, l'organisation repose sur un fonctionnement très autonome, et a acquis sa propre réputation de fournisseur de haute qualité dans les marchés qu'elle dessert, souligne OpenGate Capital. Laurent Glachant, actuel CEO de Norampac Avot-Vallée, reste aux commandes et va travailler de concert avec l’équipe européenne d’OpenGate Capital pour «pour renforcer les fondamentaux opérationnel et financier déjà solides de l’entreprise, pour conduire son expansion en France et sur d'autres marchés européens. Et mettre en œuvre une stratégie de croissance agressive».
L'usine de Norampac Avot-Vallée est spécialisée dans la fabrication de papier doublure (Testliner blanc) à base de fibre 100 % recyclée, elle produit plus de 145 000 tonnes par année et compte près de 160 employés. Depuis 1987, Cascades soutient sa filiale française par des investissements stratégiques lui permettant d'être le 1er producteur français en termes de volume de Testliner blanc, et d'avoir le privilège de travailler avec les plus grands groupes européens, indique Cascades. «Aujourd’hui, cette transaction s'insère dans notre stratégie de simplifier notre portefeuille d'actifs, réduire notre dette et se concentrer sur le développement et l'amélioration de la compétitivité de nos opérations clés d'emballage, de papiers tissu et de récupération» a précisé Alain Lemaire, président de Cascades.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support