Texte Alternatif



Du polypropylène fossile mais allégé au polypropylène biosourcé
“L‘emballage pour le snacking nomade frais est à 95% injecté. Une box sur deux commercialisée au rayon frais sort de nos usines» constate Guy Michel, directeur commercial d'Europlastiques. «Fin 2009-début 2010, nous avons été très sollicités pour des box de pâtes, en 2011 les demandes portent plutôt sur les salades composées». Pour conditionner celles de riz et de légumes plus denses que les pâtes, le fabricant a d’ailleurs dû élargir sa gamme avec un plus petit format. Aujourd’hui, son offre de box standards est très large, constituée de pots ronds ou carrés, de 150 ml à 650 ml, en polypropylène (PP), très transparents ou opaques, avec ou sans étiquette IML, avec des zones de préhension pour éviter les brûlures après le réchauffage. Les marques apprécient aussi l’engagement du fabricant pour le développement durable. «Nous travaillons à l’optimisation des épaisseurs de nos emballages depuis 20 ans. Aujourd’hui, après deux ans de développement, nous sommes les seuls à savoir fabriquer des barquettes de 500 ml. Bien que ne pesant que 20 g et n’étant épaisses que de 500 microns, elles sont de bonne tenue» assure Benjamin Barberrot, directeur industriel. Le premier produit alimentaire frais pasteurisé conditionné dans un pot de 500 ml, pyramidal et aussi léger, a été lancé en septembre. Le fabricant s’intéresse également aux biomatériaux depuis plusieurs années.%%

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support