Texte Alternatif

Si celle de Pandore est plutôt cause de malheur, la sienne est, tout au contraire, source de bonheur, puisqu’elle n’apporte que de bonnes surprises à celle ou celui qui la reçoit. Cette boîte, ou plus exactement ce coffret, c’est celle de Wonderbox, qui contient un livret de présentation des activités proposées et un chèque-cadeau, à valoir dans de nombreux domaines. A commencer par celui des séjours, qui couvre 50% des ventes, suivi par la gastronomie, le bien-être, et le sport. De nombreux autres secteurs sont proposés. Au total, à travers cinq thématiques, Wonderbox décline une soixantaine de coffrets-cadeaux, correspondant à une soixantaine de références à gérer. Sans compter les offres personnalisées.
Depuis sa création en 2004 par Bertile Burel et James Blouzard, le succès de l’entreprise ne se dément pas, qui, selon le dernier panel GFK, «est le seul acteur dans son secteur à avoir fortement progressé depuis 2010». Effectivement à la lecture de son bilan, Wonderbox ne connaît pas la crise. En 2011 son chiffre d’affaires a augmenté de 40% par rapport au précédent pour atteindre 105 ME (75 ME en 2010). Ce qui signifie plus d’un million de coffrets vendu, et ce rien que sur le marché français. Aujourd’hui, la société est présente en Espagne où elle est n°2, en Italie, en Belgique et en Suisse. La société commercialise ses coffrets à travers deux réseaux. D’une part, le B to B qui concerne la vente aux entreprises pour leurs différents besoins (incentive, stimulation, challenges commerciaux…) et la vente aux CE. Et d’autre part, le B to C qu’elle développe avec plusieurs enseignes de la grande distribution ou du commerce spécialisé, des réseaux d’agences de voyages, ainsi que son site web et la vente directe par téléphone via le service client. Ces deux derniers canaux de vente illustrant bien la montée du e.commerce et tout particulièrement le site web, qui concentre jusqu’à 80% des ventes du e-commerce. Les commandes passées avant 12 h sont livrées le lendemain, soit en Colissimo soit en Chronopost. «Nos coffrets sont mis dans des enveloppes matelassées que nous préférons à celles à bulles car elles sont plus solides» explique Pascal Jouaneau, directeur Supply Chain-Wonderbox. Parfois, les coffrets sont mis en plus dans des pochettes cadeau lorsque l’envoi est accompagné de goodies (parfum, stylo…) et de coupons de réduction. «Mais quel que soit le réseau de distribution, nous veillons à ce que nos coffrets arrivent dans un état impeccable. La qualité est notre première préoccupation car ils sont pour le consommateur le premier contact avec la société» ajoute P. Jouaneau.

Extrait de l'article paru dans ED/N°566 - Mars 2012

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support