Texte Alternatif "Les sachets non étanches posant des problèmes de date limite de conservation sont la principale préoccupation de nos clients. Nous sommes donc particulièrement attentifs à la qualité de la soudure" insiste Antonio Fonseca, directeur général de Latinpack, la division du groupe français BFR qui distribue en France les ensacheuses du constructeur japonais Omori. Les trois principaux critères pour une soudure de qualité sont la température, la pression et la vitesse de scellage. «Tous ces paramètres sont réglables en fonction du film» explique Jean-Louis Vaillant, pdg de la filiale française du constructeur suisse Ilapak. La soudure à ultrasons qui gagne du terrain est un procédé complexe à mettre en œuvre qui nécessite des réglages selon les types de films utilisés. Cette solution est encore souvent réservée aux films de faibles épaisseurs. Mais ses avantages sont nombreux : rapidité, économie d'énergie et de film (les soudures sont plus fines d'un centimètre environ) et surtout possibilité de souder à travers certains morceaux de produits quand ceux-ci ont tendance à rester dans la zone de scellage. «C'est alors la garantie d'une parfaite étanchéité, ce qui explique la demande de cette technologie pour l'ensachage des feuilles de salade ou des sandwichs. Nous améliorons notamment la régulation de l'intensité du générateur d'ultrasons» indique J.L. Vaillant. Les autres développements portent essentiellement sur la fiabilité du process, la facilité d'utilisation des ensacheuses et la diminution des opérations de maintenance. Les constructeurs ont optimisé la conduite de leurs machines en généralisant leur pilotage, et leur contrôle par des PC industriels se sont généralisés. «Dans les ateliers de production, les opérateurs changent aujourd'hui régulièrement de machines et il faut qu'ils soient capables de tirer le meilleur parti rapidement de chaque installation. Ces PC leur simplifient énormément la tâche» note A. Fonseca. Cette simplicité d'utilisation va de pair avec une augmentation des performances : chaque génération d'ensacheuses fait mieux que la précédente.




L'ensacheuse Omori S 5000 A 2H BX, distribuée par Latinpack, est une machine horizontale (Flowpack) récemment développée pour atteindre des cadences élevées en soudures étanches au gaz - plus de 200 sachets par minute. «Sa principale particularité est d'être équipée de deux stations de scellage, ce qui permet d'augmenter le temps de soudure sans diminuer la cadence» souligne A. Fonseca. Les sachets sortent en chapelets de la première station avant d'être soudés une nouvelle fois au moment de leur découpe. «Cela garantit l'étanchéité des soudures au gaz qui sont la principale utilisation des machines Omori» poursuit le dg. Les soudures sont «accompagnantes», c'est-à-dire que la barre de soudure accompagne le film pour rester plus longtemps en contact avec lui et améliorer ainsi la qualité de la soudure thermique. Autre point essentiel pour une bonne soudure : la régulation de la température sur les barres de scellage. Chez le constructeur, deux cartouches de diffusion régulent la température sur toute la longueur des barres. «Elles assurent une température homogène à +/- quelques degrés ainsi qu'une réactivité des sondes de température pour une régulation très rapide» ajoute A. Fonseca.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support