Le groupe, détenu à 100% par ses cofondateurs, a réalisé un chiffre d’affaires consolidé de 139,2 millions d’euros pour son exercice clos au 30 septembre 2011 (contre 109,9 millions d’euros pour l’exercice précédent). Le groupe explique ces bons résultats par plusieurs facteurs :
- Une croissance mécanique due à l’augmentation du prix de la matière première bois.
- Une croissance organique avec l’extension de sa collaboration avec ses clients et le développement de nouveaux marchés.
De grands comptes et PME ont renouvelé leur confiance et étendu le périmètre de leur collaboration avec le groupe. L’intégralité de l’offre PGS profite de la progression des ventes : palettes neuves, reconditionnées, solutions d’emballages (Palox, Big bags, caisses palettes…) mais aussi des services de relocalisation (principalement sur palette EUROPE) et de gestion de flux avec le parc de palettes vertes ECOPGS. La croissance la plus significative est réalisée sur l’offre de sacs Big bags qui progresse de 35%, avec 700.000 unités commercialisées.
PGS a également signé de nouveaux contrats dans les secteurs de la chimie, de l’industrie du verre, de la pharmacie, de l’agriculture ou encore sur des marchés porteurs comme le e-commerce et le recyclage. Enfin, grâce à une forte politique d’investissement (plus de 10 millions d’euros en 2011), PGS s’est doté des dernières technologies lui permettant de répondre à des marchés existants sur lesquels le groupe était encore peu présent : l’industrie du bâtiment, ciment, tuiles, briques…
- La réalisation d’opérations de croissance externe sur son pôle sciage-fabrication, avec notamment l’intégration de Scierie et Palettes Blanc (30) et Scierie et Palettes de Camarès (12).
Le groupe a par ailleurs renforcé sa force commerciale avec la création de deux directions commerciales, l’une pour le Nord, l’autre pour le Sud, afin de renforcer la proximité et la qualité du service clients. Une dizaine de nouveaux collaborateurs (conseillers de clientèle et assistantes commerciales) ont été recrutés. Concernant les perspectives 2012-2013, les fondateurs et dirigeants de PGS ont décidé d’augmenter significativement le capital social de l’entreprise, qui passe de 8 à 13 millions d’euros.
En France, PGS entend parfaire son maillage en programmant de nouvelles ouvertures de centres sur son métier historique la palette reconditionnée. Le groupe envisage également de réaliser d’autres opérations de croissance externe sur les activités sciage et fabrication de palettes neuves.

Michaël Modugno, Vice-Président de PGS, prend en charge le développement international du groupe : «PGS qui fêtera ses 20 ans en 2013 entend se développer à l’international et notamment en Espagne où le groupe est implanté depuis 2006». PGS possède déjà une importante base clients dans ce pays : «Plus de 2.500 entreprises françaises sont implantées dans le pays, en Catalogne, à Madrid, Saragosse ou Bilbao, et nous voulons donner un coup d’accélérateur à notre activité».
Le Groupe PGS est en train de créer «un réseau global avec des partenaires locaux». «L’objectif est de proposer nos palettes et services dans toute l’Espagne, et dans toute la péninsule ibérique», précise Michaël Modugno.
PGS s’appuiera sur des entreprises locales, de grandes et moyennes tailles, spécialisées dans la fabrication ou le reconditionnement de palettes. Des audits ont déjà été réalisés en amont pour évaluer leurs capacités techniques. Selon Michaël Modugno, la démarche sera du «gagnant-gagnant» : «Ces structures ont un très bon savoir-faire dans leur domaine. A travers ce contrat de partenariat, nous leur proposons de bénéficier de l’offre globale de PGS. En retour, nous pourrons accompagner nos clients français en Espagne».

Ce business model est parallèlement en cours de mise en place dans toute l’Europe «afin d’offrir une offre globale de services couvrant le sciage, la fabrication, le reconditionnement, la relocalisation de palettes», précise Michael Modugno. «Nous voulons devenir l’interlocuteur majeur des grands donneurs d’ordres de tous les secteurs en faisant le lien entre eux et une offre de marché aujourd’hui encore très atomisée sur les métiers de la palette neuve et reconditionnée».

Texte Alternatif

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support