A l’occasion du Packforum sur le thème «Reals Meals, Real Simple», organisé par Sealed Air et qui s’est tenu hier et avant-hier à Roissy, Hélène Roberts a fait le point sur les avancées du commerce virtuel. Ce type de commerce se développe avec Peapod (Ahold’s US online business), Ocado à Londres, le drugstore Mall à Prague en partenariat avec Procter&Gamble, et Homeplus (Tesco) à Séoul, en Corée du sud. Ces magasins virtuels ou ces “murs de QR codes” pour reprendre l’expression de H. Roberts sont installés, par exemple, aux arrêts de bus ou dans les stations de métro.
Texte Alternatif Ils visent à encourager les milliers de personnes qui passent du temps dans les transports pour leur trajet travail/domicile, à faire leurs courses directement “sur” le magasin virtuel, via le QR codes des emballages virtuels. Avec son smartphone, le voyageur clique sur les produits de son choix et indique le jour (et l’heure) auquel il souhaite se faire livrer (le soir même, le lendemain ou le week-end…). Avec ce type de commerce, “c’est le magasin qui vient à vous” selon Tesco.

Comme l’a souligné Hélène Roberts, il accentue la relation de proximité du produit et de la marque avec le consommateur. Au-delà de la stratégie de développement des grandes enseignes de la distribution, ce nouveau mode de commerce va conduire, incontestablement, les marques à accentuer la dimension marketing de leur packaging. Plus que jamais, celui-ci méritera sa qualité de communicant. Mais si le packaging-unité de vente va devoir évoluer, on peut s’interroger sur le devenir des emballages “back stage”.

Nous mettons en ligne la vidéo “Tesco Homeplus subway virtual store” que Hélène Roberts a présentée à Packforum. Sa durée est de 2:30. Le virtuel store commence à 00.00.51.
télécharger le document

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support