Des manchons de plus en plus durables A l'heure du développement durable, les fabricants de manchons, étirables ou rétractables, cherchent à en diminuer l'impact environnemental. Les uns optimisent ou du moins préservent les valeurs de recyclabilité. Les autres réduisent les épaisseurs de leurs films, augmentent leur taux de déformation, y intègrent des matières biosourcées ou proposent des multi-couches à basse densité.... Le constructeur de machines PDC Europe précèdent toutes les nouvelles tendances.




Texte Alternatif En effet, ne nécessitant pas de tunnel de rétraction, ils induisent des économies d'énergie notables. Fabriqués en polyéthylène basse densité (PEBD), qui, par nature, flotte sur l'eau, ils sont de ce fait facilement séparés du contenant et donc recyclables. Enfin, ils coûtent jusqu’à 25% de moins qu'un film rétractable en PET. «Nous avions réussi à pousser le taux de déformation de nos manchons étirables à 35%, mais nous ne pouvions répondre aux formes de contenants toujours plus complexes, ajoute notre interlocuteur. Ainsi, aujourd'hui, nous lançons un nouveau film polyéthylène, le Super Stretch, extensible jusqu'à 50% qui élargit notre champ d'applications». Fabriqué en interne par le groupe Britton, ce film a nécessité deux ans de développement. Son poids, sa densité et ses propriétés d'imprimabilité en "flexo" sont identiques, seule son élasticité est très différente. Disponible en 50 microns, il devrait bientôt l'être en 45, voire 40 microns. Une première application vers des flacons de faible contenance est déjà sur le marché : une bouteille de yaourt à boire.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support