Texte Alternatif«Le consommateur nous a expliqué qu’il versait en fait très peu de grains avec le bec verseur qui était intégré à la boîte en carton. Il préfère en verser quelques uns dans la main et les placer sur le gâteau un par un, ou les piocher dans l’emballage. D’où le choix du sachet qui permet précisément une consommation fractionnée» nous a précisé Isabelle Quellier, directrice Marketing Béghin Say. Le zip, sur toute la longueur du sachet, permet de plonger la main et assure une bonne fermeture. Faciliter une consommation fractionnée a également présidé au choix du doypack du sucre glace. Mais pour ce type de sucre, il est davantage considéré comme une éco-recharge, le consommateur le transvasant dans un contenant qui permet de le saupoudrer. Différentes épaisseurs de films ont été testées par le service R&D Innovation de Béghin Say pour s’assurer que les sachets, tout en étant moins épais, tiennent debout aussi bien pleins que vides. Ces packagings seront déployés progressivement pendant six mois et accompagnés d’une grosse opération pour Béghin Say (stop rayons dans les linéaires, tête de gondole, totems et frontons…).
Emballages zip et la série limitée : Deltasacs et CPC - Agence de design : Nouveau Sud

Extrait de la revue n° 591 - SEPTEMBRE 2014. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support