En 2016, tous réseaux confondus, le marché de la bière a affiché une croissance de 1,9%. Une bonne santé qui s’explique notamment par une coupe d’Europe de football qui a tiré le marché vers le haut. La bière reste le segment moteur du marché des liquides avec +46% de contribution à sa croissance. En trois ans, le poids de l’innovation de la bière est passé de 3,8% à 5,2%.

De son côté, Heineken France termine l’année 2016 en croissance de 0.7 pts (HMSM-IRI), et consolide ses positions avec 32.7% de pdm volume et 35% de pdm valeur. La société affiche un CA de 995 millions d’euros.

Texte AlternatifSa position est confortée par ses marques, notamment Heineken qui gagne +0,6 pts sur le marché avec 18,2% de pdm en volume grâce à de nouvelles références comme «Mort subite», «Pelican», ou encore «La Phénicienne». Mais aussi les marques Desperados, Affligem et Edelweiss.

Pour Heineken France, ses innovations en CHR et GMS ont contribué à la croissance de son CA à hauteur de 6,9%. Le brasseur a bien l’intention de «continuer à innover en lançant de nouvelles références ou marques» indique Pascal Sabrié, directeur d’Heineken France.

Texte AlternatifLe groupe investit dans tous les segments de marché afin de répondre aux nouvelles tendances et est à la recherche de nouvelles saveurs des consommateurs.
Aujourd’hui, il compte une quarantaine de références. En 2017, il va lancer 4 nouvelles marques (Red Stripe, Hapkin, Newcastle Brown Ale, Birra Moretti) ; réinventer 6 références, dont la bière Heineken, avec la Heineken 00, une recette avec 0% d’alcool, et la H71, qui est une bière Wild Lager, boisson composée d’une levure sauvage récemment découverte en Pantagonie.

Sur le circuit CHR
La bouteille consignée connectée FOBO, lancée en 2016, est aujourd’hui présente dans plus de 8 000 bars ; 3 600 bouteilles ont été activées à ce jour. Dans le prolongement de cet engagement environnemental, le brasseur lancera en juin une série de 15 bouteilles en édition limitée, avec des messages de responsabilité environnementale et des inscriptions pour informer des engagements de la marque.

Texte AlternatifPour 2017, Pascal Sabrié annonce un investissement de 20 millions d’euros dans les trois brasseries françaises Heineken, dont 9,3 millions destinés à la nouvelle ligne d’embouteillage de Schiltigheim, qui étend sa capacité de production de plus de 450 000 hectolitres par an.

Les 10,7 millions restant «visent à accompagner les besoins de l’entreprise en matière d’innovation et de diversité, et contribuent à pérenniser l’empreinte brassicole de Heineken France» indique le directeur Heineken France.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support