En France, l’emballage est le premier secteur utilisateur. La demande en thermoplastiques représente 45,1%.

Avec une progression de la production de 1,1%, la France n’a toujours pas retrouvé le niveau d’avant 2008, même si la fin de l’année 2016 a apporté quelques espoirs. La transformation, quant à elle, montre un certain dynamisme.

Avec un volume de 4,9 Mt (10% de la demande européenne), la demande augmente (+ 2%), tirée par les mêmes secteurs que dans le reste de la zone. Une mention particulière pour l’emballage, en constante progression (+ 224 Kt depuis 2012).

Texte AlternatifSi la transformation progresse de 4,2% après avoir dépassé les 5% (5,3%) en 2015, pour autant, seule l’industrie agro-alimentaire, grosse consommatrice d’emballages en plastique, a retrouvé son niveau d’avant crise.

Les bons chiffres de la production et de la transformation de matières plastiques en France témoignent d’une reprise économique, particulièrement dans les secteurs gros consommateurs de plastiques et plus largement dans l’industrie manufacturière qui a retrouvé son niveau d’avant 2011.

Au niveau mondial, la demande est concentrée sur 5 polymères standards (PE, PVC, PET, PP, PS) qui totalisent 85% de la demande avec un volume de 239 Mt. Ils poursuivent chacun leur progression sans qu’aucun ne faiblisse. Les polyoléfines (PE et PP) représentent toujours plus de 55% de la demande globale, alors que le PVC reste le second polymère le plus utilisé au monde. La production mondiale de thermoplastiques a plus que triplé en 26 ans et devrait atteindre plus de 300 Mt vers 2018.

A 335 Mt en 2016, la production mondiale de matières plastiques poursuit sa croissance et a progressé de 4,5% entre 2015 et 2016. Entre 2008 et 2016, ce sont 90 Mt supplémentaires qui ont été produites, soit une augmentation de près de 40% en moins de 10 ans.
La part de l’Europe dans la production mondiale ne cesse de diminuer, alors que la demande intérieure est repartie. Si avec 19% de la production mondiale, l’Europe reste encore à égalité avec les USA, elle a enregistré une baisse de 6% en tonnage depuis 2009.

En Europe, estimée à 50,5 Mt en 2016, la demande en matières plastiques représente une augmentation de 3,2% par rapport à 2015. Tous les polymères progressent. L’emballage totalise pratiquement 40%, loin devant les autres secteurs.

Texte AlternatifBien que la production de matières plastiques en Europe participe positivement à la balance commerciale européenne grâce à la production de polymères techniques, la part des importations est passée de 12% en 2005 à 17,7% en 2016. Une progression qui signifie que la production domestique, tout en augmentant légèrement, ne suffit plus à faire face à la demande intérieure. Elle se trouve compensée, pour les plastiques standards ou dits de commodités, par des importations essentiellement en provenance des USA et du Golfe, explique PlasticsEurope.

Les investissements. Aujourd’hui, la moitié des 280 Mt de thermoplastiques est produite sur le continent asiatique. La Chine, à elle seule, produit près du tiers (29%) des matières plastiques consommées dans le monde. Les autres pays asiatiques (17%) et Japon (4%) portent, pour la première fois, le total de la production du continent à 50%.

A terme, la part de la Chine devrait encore croître si les investissements prévus de craqueurs base charbon pour la production de polyoléfines (PE et PP) se concrétisent.

Parallèlement, aux USA, on observe une augmentation de 50% de la production de pétrole et de gaz grâce aux ressources non conventionnelles qui représentent déjà plus de 55% de la production.

Des projets industriels, dont des craqueurs base gaz d’une capacité de 1,2 Mt d’éthylène, soit le triple de celles construites dans les années 80 et dont 75% va à la production de PE, sortent de terre. La montée des investissements aux USA confirme l’adaptation rapide des activités pétrochimiques aux différents scénarios d’évolution du cours des matières premières. La mise en route de ces nouveaux craqueurs et la concrétisation de projets futurs consécutifs à l’exploitation des gaz de schiste américains confirment une redistribution des cartes au niveau mondial, observe PlasticsEurope.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support