Grâce aux fonctions de diagnostic des automobiles actuelles, ces véhicules peuvent être entretenus en fonction des besoins réels, estime Fabrice Poulet. «Cette maintenance prédictive s'applique tout aussi bien aux opérations industrielles. Pour en cerner le véritable impact, il importe néanmoins, dans un premier temps, de bien comprendre la différence entre maintenance préventive et maintenance prédictive» dit-il.

«La maintenance préventive consiste à élaborer un plan de maintenance pour réviser ou remplacer des équipements en fonction de leur durée de vie prévue. Elle constitue évidemment une approche préférable à une maintenance effectuée à la panne, qui entraîne pour les opérations des arrêts imprévus, coûteux et fréquents.

La maintenance proactive, quant à elle, est basée sur un plan arrêté plutôt que sur le véritable état de marche d'un équipement. Et cela peut conduire au remplacement d'équipements en excellent état, bien avant que cela ne soit nécessaire. De plus, il existe toujours le risque d'avoir un équipement qui tombe en panne avant son remplacement programmé ou sa date de révision.
En revanche, la maintenance prédictive compile des données sur un équipement pour en surveiller les performances et applique des algorithmes prédictifs pour prévoir les pannes bien avant qu'elles ne se produisent. Qui plus est, elle permet d'affiner les plans de maintenance et de maximiser les investissements dans les équipements d'automatisation.

L'intérêt de la maintenance prédictive est proportionnel au volume des données disponibles - non seulement à partir de l'équipement lui-même mais également à partir de certains de ses composants internes. «C'est particulièrement vrai pour l'un des équipements les plus importants de l'usine : le variateur de fréquence» analyse Fabrice Poulet.

Des analyses prédictives encore plus fines
«Que ce soit dans un compresseur, une pompe ou une presse, les variateurs de fréquence gèrent les processus qui soutiennent une production. Si l'un d'eux tombe en panne, l'application s'arrête.
Fort heureusement, les variateurs de fréquence, qui sont en réseau, sont désormais accessibles et ils peuvent être analysés et surveillés dans le temps. De plus, les variateurs de fréquence modernes donnent des informations sur certains de leurs composants fondamentaux, tels que ventilateurs, condensateurs de bus et transistors bipolaires à grille isolée (IGBT - insulated gate bipolar transistor).

Les ventilateurs, par exemple, sont des pièces mécaniques qui s'usent avec le temps. La dernière génération de variateur de fréquence a des algorithmes préintégrés chargés de surveiller spécifiquement la performance des ventilateurs et capables de prédire précisément leur durée de vie en mesurant la température, la vitesse de fonctionnement et le nombre d'heures réelles de fonctionnement.

Un technicien de maintenance peut exploiter ces informations pour réparer ou remplacer, soit le variateur, soit le composant. Et puisque les pannes sont prédites des mois à l'avance, le technicien peut planifier ses interventions autour des arrêts programmés et s'assurer que les pièces de rechange sont disponibles» explique le spécialiste d'automatisation industrielle, en charge chez Rockwell Automation, de l'activité Intelligent Motor Control regroupant les variateurs de vitesse, les démarreurs, l'ensemble des composants industriels et les tableaux de contrôle des départs moteur.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support