Les professionnels qui ont répondu à l’enquête représentent plus d’1 million de tonnes d’emballages plastiques produits, soit près de la moitié des emballages plastiques mis sur le marché français. Ils parlent de réduction à la source, de bilan carbone, d’achat de logiciel d’évaluations environnementales, d’analyses de cycle de vie, de formation, d’emballages réutilisables, etc.

75% des répondants disent avoir déjà mis en place une démarche d’éco-conception ; 20% envisagent de monter en compétence sur ces enjeux d’ici fin 2018. Et d’ici cette échéance, près de 95% des industriels du secteur auront engagé une ou plusieurs actions d’éco-conception, indique Elipso.

Texte Alternatif

Sur les 2,2 millions de tonnes de plastiques utilisées en France chaque année pour la fabrication des emballages plastique, la majorité du tonnage est constituée de matières vierges, soit 84,7% pour environ 1,865 million de tonnes ; 12,5% est d’origine recyclée pour 275 000 tonnes, 2,8% d’origine bio-sourcée, représentant 62 000 tonnes (notamment les sacs).

Selon Elipso, 57% de ses adhérents utilisent des polymères recyclés post-consommateurs, soit 275 000 tonnes de matières premières recyclées.

50% des résines recyclées le sont dans les emballages non-alimentaires, il s’agit principalement du r-PEbd ; dans 50%, elles le sont dans les emballages alimentaires, c’est alors le r-PET ; et dans 85% dans les emballages industriels, il s’agit dans ce cas du r-PEhd.

Les professionnels notent le manque de PET recyclé, faute d’une collecte de matières premières insuffisante. Toutefois, dans les zones où l’extension des consignes de tri est appliquée, le tonnage progresse, fait remarquer Valorplast.

Texte Alternatif

Autre chiffre intéressant communiqué par Elipso : si 100% de ces adhérents recyclent leurs propres chutes de plastique, 36% d’entre eux assurent des activités de recyclage mécanique/régénération d’emballages plastiques.
A moyen terme, de la même façon les activités de recyclage chimique vont être internalisées par les producteurs de matières premières. Ce qui a déjà commencé.

Côté conditionneurs, les professionnels de l’emballage plastique ont fait savoir que le prix - qui reste déterminant - et la sécurité alimentaire sont les deux critères d’achat prioritaires de leurs clients.
Pour 80% des industriels, la recyclabilité des emballages est également un critère important pour les conditionneurs. Pour ceux qui font part de leur intérêt pour l’environnement, la recyclabilité est même le premier critère (cité par plus d’un répondant sur deux), suivie de l’incorporation de matière recyclée et l’éco-conception au sens large, précise l’Association professionnelle représentant les fabricants d’emballages plastiques et d’emballages souples en France.

75% des industriels ont relevé «une augmentation de la prise en compte de critères environnementaux» ces derniers mois.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support