S’ils arrivent à l’autre bout du monde en retard pour une campagne de lancement, endommagés ou piratés, peu importe la qualité des produits Made in France de cosmétique et de parfumerie, souligne Cosmetic Valley.
D’où l’amélioration d’une logistique au départ de la France et notamment de Rouen.

Aussi, les acteurs des deux filières cosmétique (30 milliards d’euros de CA, 2ème poste exportateur avec 12 Mds€ d’excédent commercial, 150 000 emplois) et logistique (10% du PIB national, 200 Mds€ de CA et 1,8 millions d’emplois) ont souhaité, sous l’impulsion du pôle Cosmetic Valley, unir leurs force en Normandie pour rechercher les modalités logistiques les plus performantes à la fois économique et environnementale, en lançant en décembre 2016 le projet collaboratif CosVaPex.

L’étude de la première étape du projet qui a été restituée en début de semaine, inclut un diagnostic des flux import-export de la filière parfumerie-cosmétique. Il identifie trois sujets :
• Pour qu’un camion ne parte ou ne revienne plus à moitié vide, les espaces de stockage doivent être optimisés, et pour ce faire les ressources mutualistes.
• Développer une logistique, y compris par la maîtrise de flux retour, respectueuse de l’environnement.
• Evaluer le potentiel des startups digitales pour imaginer des solutions de sécurisation avancée des containers.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support