• Interdiction. Parmi la liste définie au préalable, le Parlement européen a durci ses positions. Parmi les interdictions à partir de 2021 : les couverts, pailles et touillettes à usage unique.

À cette liste des interdits dans l’UE à partir de 2021, les députés y ont ajouté les oxo-plastiques, tels que les sacs et les emballages, et les emballages de fast-food en polystyrène expansé.

• Réduction. Des mesures de réduction d’au moins 25% d’ici 2025 devront être également prises pour les plastiques pour lesquels il n’existe pas d’alternative.

Texte AlternatifLa consommation de plusieurs autres produits pour lesquels il n’existe pas d’alternative devra être réduite par les États membres d’au moins 25% d’ici 2025. Parmi ces produits, on trouve notamment les emballages à usage unique pour les burgers, les sandwichs, les fruits, les légumes, les desserts ou les glaces. Les États membres devront proposer des plans nationaux pour encourager l’utilisation de produits adaptés à un usage multiple, ainsi que la réutilisation et le recyclage.

D’autres plastiques, comme les bouteilles, devront être collectés séparément et recyclés à 90% d’ici 2025.

• Responsabilité élargie des producteurs. Les États membres devraient s’assurer que les entreprises de certains secteurs (emballages de chips et confiserie notamment) couvrent les frais engendrés par la collecte de ces produits, notamment le transport, le traitement et la collecte des déchets. Et devront contribuer à la réalisation des objectifs de recyclage.

Le rapport a été approuvé par 571 voix pour, 53 voix contre et 34 abstentions.

Selon PlasticsEurope, certains produits d’emballage, dont les SUP-Single Use Products et les produits de substitution, qui sont visés manquent de précisions dans leurs définitions et leurs périmètres d’application. Et demandent qu’ils soient plus clairement explicités dans leur impact sur l’environnement.

C’est désormais vers le Conseil qu’il faudra se tourner. Le Parlement débutera les négociations avec le Conseil européen dès que les ministres de l’UE auront adopté leur position sur ce dossier. Ces négociations devraient débuter en novembre.

L’adoption définitive pourrait intervenir d’ici fin décembre, période à laquelle se termine le mandat de présidence du Conseil de l’Union européenne de l’Autriche.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support