Dans ce contexte, le LGP2 a dĂ©veloppĂ© depuis quelques annĂ©es un procĂ©dĂ© innovant de dĂ©sencrage, la flottation rĂ©active Ă  l’ozone, afin de dĂ©grader chimiquement les polluants dissouts en parallèle de l’élimination de l’encre. «Pour mieux comprendre les mĂ©canismes mis en jeu, des essais de flottation Ă  l’air et avec un mĂ©lange ozone/oxygène, sur trois contaminants modèles, sĂ©lectionnĂ©s après une Ă©tude bibliographique prĂ©alable, ont Ă©tĂ© rĂ©alisĂ©s dans un milieu diphasique gaz/liquide, en l’absence de fibres cellulosiques. Les expĂ©rimentations ont Ă©tĂ© conduites sur deux pilotes de laboratoire instrumentĂ©s : une colonne Ă  bulles fonctionnant avec de l’air uniquement, pour l’étude du comportement hydrodynamique (taille et distribution de bulles, rĂ©tention gazeuse) en prĂ©sence des contaminants dissouts, et une deuxième colonne Ă  bulles, similaire mais conçue avec des matĂ©riaux rĂ©sistants aux gaz corrosifs, dĂ©diĂ©e Ă  l’étude des rĂ©actions d’oxydation en prĂ©sence d’ozone.

Extrait de la revue n° 632 - Octobre 2018. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support