Texte AlternatifL’étude d’analyses et perspectives «L’emballage à l’aube de sa révolution» a été réalisée par Fabrice Peltier en partenariat avec l’EPDA, European Brand & Packaging Design Association qui a interrogé 22 designers de 16 pays, avec le concours d’Annette Freidinger-Legay. Suite aux réflexions des designers, l’institut de sondage YouGov a questionné 8 253 consommateurs de 6 pays afin de comprendre leurs attentes concernant les futures innovations du secteur.

• Le vieillissement de la population
Selon le bilan 2017 des tendances de consommation de Nielsen, les plus de 50 ans sont devenus dominants dans la consommation. Ils représentent à eux seuls 53% de la consommation des PGC-FLS. En 2050, sur 70 millions d’habitant, la France comptera 22,3 millions de personnes de plus de 60 ans. Dans ce contexte, des emballages plus lisibles seront indispensables. Selon l’étude Yougov, ce que souhaitent surtout les Baby-boomers (50 ans et plus) et les Millénnials (18-34 ans) européens, ce sont des emballages plus faciles à ouvrir et à refermer.

- 42% des consommateurs européens estiment que la lisibilité du packaging n’est pas adéquate.
- 47% des personnes interrogées considèrent que l’amélioration de l’ouverture et la fermeture des emballages est un sujet à prendre en compte.
- 31,5% des consommateurs français, espagnols, britanniques et italiens soulèvent la problématique du poids trop important de certains emballages.
- 32% des Belges et des Allemands critiquent les formats peu adaptés à la consommation.

• L’épuisement des ressources de la planète
Les Européens interrogés appellent désormais à plus d’obligations et plus d’incitation.
- 47% des Britanniques et 49% des Allemands souhaitent interdire le suremballage.
- 52% des Espagnols et 40% des Italiens souhaitent récompenser financièrement le retour des emballages usagés.
- 40% des Européens sont pour l’interdiction des emballages non recyclables.

• Le développement de l’intelligence artificielle
Pour les Baby-boomers comme pour les Millénnials Européens, l’intelligence artificielle fait sens si elle aide à mieux trier et recycler les emballages usagés et si cela permet de limiter le gaspillage en alertant par exemple sur les dates de péremption.

- 34% des répondants perçoivent l’intelligence artificielle comme opportunité de bénéfices économiques : notamment celle de limiter le gaspillage en alertant le consommateur sur les dates de péremption.
- 38% considèrent qu’il y aura également des bénéfices écologiques en aidant les populations au tri des emballages usagés.

• La mobilité accrue
En voyage, davantage qu’à leur domicile, il semblerait que les emballages doivent être encore plus faciles à recycler et plus faciles à ouvrir et à refermer sans le moindre risque de fuite. En effet, la gestion de l’emballage après son utilisation est la principale préoccupation des Européens.

- 35% des répondants souhaitent améliorer la gestion de l’emballage après utilisation.
- 37% plébiscitent l’amélioration de l’ouverture et de la fermeture entre deux usages des emballages.
- 29% souhaitent que les tailles des emballages, souvent inappropriées, soient revues.

© Étude réalisée pour le Salon All4Pack Paris– Groupe Comeîposium par YouGov et en partenariat avec l’EPDA par Fabrice Peltier est téléchargeable sur le site du salon.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support