Avec 7,9 Mt, le repli du volume des papiers et cartons produit en 2018 par l’industrie papetière française ne rend pas compte de situations contrastées selon les sortes de papiers et cartons. Il s’accompagne d’une diminution du poids relatif de l’industrie papetière française, analyse Copacel.

En valeur, le chiffre d’affaires de l’industrie (papier, carton et pâte marchande) s’est apprécié de 4,5%, pour atteindre 6,2 milliards d’euros, ceci en raison de l’augmentation du prix de vente de la plupart des familles de papiers et cartons.

Les entreprises papetières françaises restent exportatrices (53 % de la production) mais le volume reste stable par rapport à 2017.

PAPIERS ET CARTONS D’EMBALLAGES
En dépit d’un tassement en fin d’année, la demande en papiers et cartons destinés à la fabrication d’emballages (caisses en carton, boîtes pliantes, sacs...), est restée ferme en 2018, observe Copacel. Cependant, la production des papiers et cartons d’emballages s’est contractée en 2018 (-1,2%). Une situation que l’organisation professionnelle explique par des arrêts techniques sur plusieurs sites de papiers pour caisses en carton ondulé (PPO). Et un arrêt sur plusieurs mois d’une usine produisant de l’emballage souple.

Texte Alternatif

En 20 ans, la production de papiers et cartons d’emballage est passée en Europe de 33 millions à plus de 48 millions de tonnes, soit 52,5% du total de la production de papiers et cartons.

Texte Alternatif

• Papiers pour ondulé. La production de papiers pour ondulé (PPO) a crû en Europe de l’Ouest en 2018 (+1,4 % par rapport à 2017) et la demande a été dans l’ensemble bonne, voire très bonne.

Le bilan d’ensemble positif de l’année doit toutefois être tempéré par le fait que la demande soutenue durant les trois premiers trimestres a cédé la place, à partir du 4ème trimestre, à une conjoncture moins dynamique, marquée par une diminution de la taille des carnets de commandes et à une augmentation des stocks de papier dans les usines européennes.

En France, la demande de PPO est restée stable en 2018, malgré un début d’année plutôt prometteur. L’industrie agroalimentaire, principal marché des caisses en carton ondulé, a également pâti de cette évolution au cours de l’année.

Dans ce contexte, la production nationale a reculé en 2018 (-1,2%), principalement du fait de divers arrêts de production.

Le volume des exportations françaises de PPO a diminué en 2018 (-2,4%), ce qui traduit un recentrage relatif vers le marché domestique.

La hausse des importations de PPO s’est poursuivie sur l’année 2018 (+1,5%), mais à un moindre rythme qu’en 2017 (+8,2%).

• Papiers pour emballage souple. La demande française et européenne de papiers pour emballage souple a été dynamique en 2018. Sur le segment des sacs de caisse à usage unique, les effets d’entraînement de la demande, ressentis en 2017 se sont poursuivis en 2018. La demande a également été dynamique pour les sacs de plus grande contenance, comme ceux proposés dans les enseignes disposant d’un service «drive». les livraisons à domicile conduisent à une demande croissante de sacs analogues à ceux utilisés dans les services de «drive». Et les sacs de grande contenance utilisés dans les secteurs de la construction et de la rénovation (ciments, enduits...) ont également poursuivi leur développement en 2018.

En dépit du bon niveau de demande, la production française de papiers pour emballage souple a reculé en 2018 (-9,9%), ceci en raison principalement de l’arrêt, en début d’année, d’un site de production.

Les exportations ont également ralenti en 2018 par rapport à 2017 (-13,5%), en dépit d’une demande étrangère soutenue.

• Cartons plats. Les livraisons de cartons plats en France ont légèrement progressé en 2018. La bonne santé des marchés utilisateurs a permis un maintien des carnets de commande à des niveaux élevés. Les applications liées au conditionnement des produits alimentaires, à la pharmacie et aux produits cosmétiques sont demeurées bien orientées. La demande de cartonnages, coffrets et étuis liée au luxe ou au haut de gamme (spiritueux...) s’est particulièrement bien tenue.

Sur le segment majoritaire des cartons plats couchés, les ventes en France ont progressé par rapport à 2017, avec un très bon début d’année et un ralentissement sur le deuxième semestre.

Les cartons plats couchés à partir de fibres vierges continuent à profiter de l’engouement de certains industriels de l’agro-alimentaire.

La demande des cartons plats à base de fibres recyclées a cependant été plus médiocre, notamment pour les emballages alimentaires. Le développement du commerce en ligne, consommateur d’emballages en carton, a eu néanmoins un rôle d’entraînement.

Dans ce contexte général, la production française a progressé en 2018 (+1,7%), malgré l’arrêt d’une unité de production au cours du 4ème trimestre 2018.

DES PRIX HAUSSIERS
Les prix des papiers pour ondulé ont été supérieurs à ceux de l’année 2017 (+10% pour le testliner). Toutefois, après une progression au 1er trimestre 2018, ils sont restés stables pendant la période d’été, et ont commencé à reculer en fin d’année.

Texte Alternatif

Les prix des papiers d’emballage souple ont poursuivi en 2018 l’augmentation débutée en 2017 (13% d’augmentation en moyenne par rapport à 2017), sous l’effet d’une demande dynamique et du renchérissement des coûts des matières premières et de l’énergie.

Les prix des cartons plats recyclés sont restés plutôt stables en 2018, tandis que ceux des cartons plats à base de fibre vierge ont connu des hausses au cours de l’année.

PERSPECTIVES POUR 2019
Dans un contexte économique incertain, marqué par divers risques (tensions commerciales Etats-Unis/Chine/UE, répercussions du Brexit...), les perspectives d’activité restent floues et difficiles à apprécier en ce début d’année, analyse Copacel.

La demande de papiers d’emballage devrait rester bien orientée, mais son rythme de progression pourrait ralentir, surtout en Europe. La France devrait profiter d’un regain de la consommation privée, ce qui pourrait profiter aux producteurs de papiers et cartons d’emballage.

Au-delà de ces aspects conjoncturels, les emballages en papier/carton suscitent un engouement croissant de la part des consommateurs et des entreprises, poursuit Copacel.

Les quelques nouvelles capacités récemment démarrées ou annoncées sur le court terme, de papier pour sac (Pöls en Autriche, Segezha en Russie) ou de carton plat (Kotka en Finlande), dans un contexte de demande qui reste bien orientée, ne devraient pas fondamentalement modifier la tendance actuellement constatée, selon l’organisation professionnelle.

Toutefois, aux vues des nouvelles capacités de production démarrées ou annoncées (IP en Espagne, Pro-Gest et Burgo en Italie, Schumacher en Pologne), l’équilibre entre l’offre et la demande pourrait être altéré. Néanmoins, comme par le passé, le démarrage de plusieurs nouvelles capacités annoncées pourrait être reporté voire annulé. Pour certains produits (cartons plats), le dynamisme des exportations chinoises pourrait s’intensifier, et accentuer la pression concurrentielle sur les marchés hors Europe, observe Copacel.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support