La société, qui compte 30 personnes et déclare un CA de 5 M€, conçoit et fabrique des emballages et éléments de calages thermoformés pour différents secteurs.

Texte AlternatifL’industrie du luxe (parfums, cosmétiques, spiritueux) représente actuellement 50% de l’activité de l’entreprise, et l’industrie désormais 40%. Le secteur de la grande consommation (blisters ou emballages alimentaires thermoformés en plastique avec association de matières : bois ou carton avec plastique transparent éco-conçus) capte aujourd’hui 10% du CA.

Pour répondre à une augmentation de capacité de production de l’ordre de 30% en 3 ans, l’industriel a créé 650 m2 de superficies supplémentaires sur le second semestre 2018 (pour atteindre une superficie totale de 3000 m2 de bâtiments). Ces travaux, d’un montant de 510 000 euros, ont permis d’agrandir la zone de production avec l’intégration d’une nouvelle thermoformeuse, les capacités de stockage et de créer de nouveaux bureaux.


Texte AlternatifReprésentant un investissement de 410 000 euros, la thermoformeuse Illig RV74D est plus rapide et offre une meilleure régulation énergétique, indique la société.

L’équipe de thermoformage gère désormais 9 lignes de différents formats pour la fine et forte épaisseur.


La société transforme principalement le PS, PS floqué, PS enduit ou décoré, PSE PE, PVC, PET, APET recyclé ou RPET.

L’ensemble de ces investissements devrait permettre à Jean Bal d’atteindre les 6 M€ de CA à moyen terme.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support