Malgré tout, sans un changement radical, la filière plastique ne peut espérer atteindre les objectifs fixés par la loi sur la transition énergétique (100 % de recyclage en 2025) ni même ceux de la Fédération de la Plasturgie (1 million de tonnes de MPR consommées en 2025).

Ecoconception, création de filières de collecte complémentaires, création de REP** sectorielles, mise en place d’incitations économiques à l’utilisation des MPR… La liste des leviers préconisés par le syndicat pour espérer atteindre les objectifs nationaux est des plus longue. Mais pour la majorité des secteurs clients, c’est la demande de MPR qu’il faut stimuler. Parmi les outils les plus incitatifs, les certificats d’économie carbone. Lancés en 2017 et remis par les régénérateurs à leurs clients, ils permettent aux entreprises utilisatrices de MPR, d’évaluer la réduction de leur empreinte carbone, tout en les encourageant à intégrer la dimension recyclage dès la conception de leurs produits. Les 20 000 certificats remis en 2018 auront ainsi permis de mesurer une économie carbone de près de 642 000 tonnes de CO2.

* MPR plastiques : matières / compounds prêts à l’emploi par des plasturgistes, en remplacement total ou partiel de résines vierges. Elles sont élaborées par des régénérateurs à partir de déchets de toutes origines.
** REP : Responsabilité Elargie du Producteur.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support