Fort de plus de 40 adhĂ©rents, nous faisons le constat rĂ©current, au travers de nos diffĂ©rentes rĂ©unions, d’une rĂ©elle problĂ©matique de recrutement, et ce notamment pour les mĂ©tiers de l’après-vente : l’ensemble de nos entreprises peinent Ă  recruter des techniciens après-vente, et se retrouvent face Ă  des problĂ©matiques complexes. Notre marchĂ© est en croissance, nos entreprises sont pĂ©rennes, la demande client en termes de services est en forte augmentation. Alors dans un pays oĂą le taux de chĂ´mage avoisine les 10%, il nous semblait fondamental de travailler sur le sujet.

Ces postes Ă  pourvoir dans toute la France sont Ă  la base de la relation et de la satisfaction clients : installation, mise en Ĺ“uvre, maintenance et dĂ©pannage des diffĂ©rentes machines et solutions proposĂ©es au marchĂ©. Les profils recherchĂ©s sont bien sĂ»r techniques, de niveau bac pro Ă  bac +3/4, dans les domaines de l’électronique, de l’électrotechnique, ou de la mĂ©canique par exemple. En termes de tendance, il est Ă  noter un besoin de plus en plus important dans la maĂ®trise logicielle, avec des machines de plus en plus connectĂ©es. Sans oublier que ces mĂ©tiers sont Ă©galement de formidables tremplins pour Ă©voluer au sein de la filière, vers d’autres postes comme technico-commercial, ingĂ©nieur avant-vente, etc… Avec une autre volontĂ© forte : celle d’ouvrir ces mĂ©tiers Ă  un public fĂ©minin, plus attirĂ© par le marketing ou le tertiaire, et clairement absent de cette filière !

La question qui se pose est simple : comment augmenter l’attractivitĂ© de notre filière, et comment promouvoir des mĂ©tiers passionnants, bien rĂ©munĂ©rĂ©s, mais peu connus ?

La rĂ©ponse l’est bien Ă©videmment beaucoup moins. C’est pour cela qu’un groupe de travail a Ă©tĂ© crĂ©Ă© au sein du syndicat, rĂ©unissant des professionnels de l’ensemble des filières. Objectif : partager les bonnes pratiques, mutualiser les efforts des uns et des autres, crĂ©er des passerelles entre les entreprises, augmenter la visibilitĂ© et la connaissance de ces mĂ©tiers en se rapprochant des Ă©coles et cursus scolaires, imaginer d’autres façons de recruter (cooptation, rĂ©orientation professionnelle dans des filières en difficultĂ©, etc.), et plein d’autres idĂ©es Ă  venir. Les premiers rĂ©sultats ont Ă©tĂ© partagĂ©s lors de la dernière rĂ©union plĂ©nière de fin juin, et le planning du groupe de travail est en place.

J’ai souhaitĂ© engager cette rĂ©flexion, qui est un engagement fort de mon mandat de PrĂ©sident, en profitant du dynamisme exceptionnel du Secimep et de l’implication forte de ses membres. Le succès des rĂ©unions trimestrielles en est une preuve tangible. Ces rĂ©unions pendant lesquelles sont Ă©voquĂ©es les tendances du marchĂ©, mais aussi les Ă©volutions normatives, les problĂ©matiques juridiques ou de droit social, mais qui sont aussi un moment d’échange et d’ouverture avec des intervenants extĂ©rieurs, apportent une forte valeur ajoutĂ©e Ă  nos adhĂ©rents : le dirigeant d’entreprise est finalement assez isolĂ©, et le partage des problĂ©matiques et la recherche de solutions est un ciment fort du syndicat.

De plus, l’affiliation du Secimep à la Ficime (Fédération des Entreprises Internationales de la Mécanique et de l’Electronique) permet de s’appuyer sur une structure mature, développant et apportant de nombreux supports et de nombreuses formations. C’est aussi l’opportunité de partager cette thématique du recrutement avec d’autres syndicats représentant d’autres branches professionnelles.

Alors, si l’avenir de notre branche passe nĂ©cessairement par l’intĂ©gration des jeunes au sein de nos entreprises, nous avons un message fort Ă  passer aux gĂ©nĂ©rations Y et aux gĂ©nĂ©rations Z : « Oui, il y a beaux mĂ©tiers et de beaux parcours professionnels dans les mĂ©tiers de l’emballage, et nous sommes prĂŞts Ă  vous accompagner pour nous rejoindre ».

Extrait de la revue n° 639 - Juin 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support