Texte AlternatifSelon une étude réalisée par le groupe Nielsen, le snacking représente 2,8 milliards d’euros en grandes surfaces, soit 2,6% du chiffre d’affaires total des produits de grande consommation. L’univers snacking connaît une forte croissance en volume (+10%), qui s’appuie notamment sur le développement du nombre de références (+4%) en magasin. 18,3% des paniers d'achat contiennent au moins un produit snacking, soit près d’un panier sur cinq. Salades en barquette, sushis et jus forment les trois premières catégories du snacking en gains. Les marques recherchent donc des emballages adaptés, répondant aux divers besoins des consommateurs - dont le principal reste la praticité.

La notion d’ouverture facile, et éventuellement de refermeture, est une priorité pour les fournisseurs de films. Ils conçoivent des opercules de plus en plus performants, alliant à la fois praticité industrielle et d’usage. Sealed Air a, par exemple, développé la gamme de film Cryovac SealAppeal PSFpour l’operculage des barquettes en PET destinées à des applications froides. «Ce film en PET assure au consommateur une pelabilité en une pièce, sans résidus sur les bords. Pour cela, nous avons mis au point une couche soudante unique, qui offre à la fois l’herméticité et la résistance de la soudure. Le matériau utilisé est coextrudé, donc plus résistant. En outre, par rapport à des films en PET-PE, ce film affiche une épaisseur réduite à 25-30 microns, au lieu de 40 habituellement. La barquette reste recyclable», explique Laurence Richard, responsable du développement France. La société a développé un panel d’options, comme par exemple des micro-perforations laser pour laisser les produits végétaux respirer dans la barquette et limiter le gaspillage alimentaire, ou encore une version antibuée grâce à un revêtement spécifique.

Extrait de la revue n° 639 - Juin 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support