Texte AlternatifLe marché des sprays et inhalateurs pharmaceutiques continue de croître, tiré par la progression de l’asthme et de la BPCO, en particulier en Asie. En complément des applications topiques, l’administration systémique se développe, en alternative à l’injection, dans le cadre de traitements contre les maladies cardiaques, la dépression, la migraine ou encore Parkinson. En mai dernier, la FDA a ainsi approuvé le premier spray nasal pour un antidépresseur chez J&J. Pour un laboratoire, le choix en faveur d’un inhalateur ou d’un spray conditionne l’adhésion, l’observance et donc l’efficacité au traitement.

Priorité au sans conservateur
Texte AlternatifSilgan Dispensing concentre l’innovation sur les segments particuliers des applications nasales et ophtalmiques, notamment les sprays adaptés aux formulations sans conservateur. «La croissance est importante depuis dix ans, en particulier sur la zone BRIC (Brésil, Russie, Inde et Chine) et la Turquie», note Ralf Hergenroether, responsible de la gamme Produits de santé. En Europe, des facteurs comme le vieillissement de la population, l’arrivée massive des génériques, et les attentes des patients pour des sprays à dose contrôlée, boostent également la demande. Une innovation récente chez Silgan Dispensing vise le flacon à doses multiples sans conservateur Iridya, qui a permis le lancement de nouveaux médicaments en ophtalmologie, en améliorant l’expérience du patient et l’observance thérapeutique. Iridyaest particulièrement adapté pour les traitements du syndrome de l’œil sec ou des glaucomes. «La technologie «no-jet» goutte-à-goutte garantit un dosage correct et évite le surdosage pour des actifs qui coûtent très chers», note-t-il. Un design ergonomique présentant un embout allongé, associé à une faible force d’actionnement, facilite la manipulation en particulier pour les personnes âgées.

Extrait de la revue n° 640 - Juillet/Août 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support