Texte AlternatifSelon une Ă©tude publiĂ©e par le spĂ©cialiste des Ă©tudes de marchĂ© IRI, les vins en caisses-outres totalisaient Ă  fin avril 2019 40% des volumes du vin en GMS en France, soit 86 millions d’unitĂ©s, et 24,7% des parts de marchĂ© en valeur (1 milliard d’euros en cumul annuel mobile, +1,2% de croissance). Les caisses de 5 et 3 litres sont aux premiers rangs de ce marchĂ©. Les contenances de 3 litres et moins gagnent du terrain, plus adaptĂ©es Ă  une consommation modĂ©rĂ©e et qualitative. A noter, le petit segment des vins en poches «stand-up», Ă©quipĂ©es de robinet, connait une croissance de 16% en volume et de 25% en valeur. Ce packaging attire en effet une clientèle plus jeune. Selon une Ă©tude IRI/FranceAgriMer/CNIV datant de 2018, le vin en caisse-outre se rĂ©partit comme suit en France : 45% de rouge, 43% de rosĂ© (en forte croissance) et 12% de blanc.

«Le marchĂ© mondial du BIB est toujours en croissance, tirĂ© par le vin. Actuellement les Etats-Unis constituent le marchĂ© le plus dynamique pour les vins en BIB, notamment sur les produits premium. Les amĂ©ricains en consomment de plus en plus, et des marques très fortes, comme Black Box, sont disponibles dans ce packaging», analyse Veronika Necasova, responsable marketing pour Smurfit Kappa, dĂ©positaire du nom Bag-in-Box®. L’export des vins de grands châteaux en caisses-outres se porte bien Ă©galement. En Europe, oĂą de nombreux pays ont adoptĂ© le BIB, la croissance arrive Ă  maturitĂ©. «Selon nos estimations, en Scandinavie, 40 Ă  60% des vins sont conditionnĂ©s en BIB. La Belgique et le Portugal sont de grands consommateurs de ce pack Ă©galement. Au Royaume-Uni, le marchĂ© se situe autour de 8%. Mais il reste des marges de progression : l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne en utilisent peu, et en France, le BIB n’a pas vraiment bĂ©nĂ©ficiĂ© de promotions en GMS», remarque-t-elle. Smurfit Kappa vient de lancer une nouvelle remplisseuse automatique Ă  triple tĂŞte et Ă  haute cadence, baptisĂ©e BIB 700. Selon la sociĂ©tĂ©, elle est capable de remplir jusqu'Ă  45 contenants Bag-in-Box® de 3 litres par minute, grâce Ă  sa vanne de remplissage ultramoderne. Deux clients au Danemark ont Ă©quipĂ© leurs sites.

Texte AlternatifPour Claudine Poncet, responsable marketing de LGR Packaging, «la caisse-outre a Ă©tĂ© portĂ©e par les nĂ©o-consommateurs : une population jeune, avec une consommation infĂ©rieure et occasionnelle, qui n’a pas la mĂŞme culture du vin que les gĂ©nĂ©rations prĂ©cĂ©dentes. Cette catĂ©gorie est ouverte Ă  la nouveautĂ© et en attente d’emballages festifs, ludiques, faciles Ă  transporter et Ă  manipuler. Cela explique le dĂ©veloppement des emballages de plus petites contenances – 3L, 2,25L, voire 2L, 1,5L, avec des dĂ©corations et des designs plus attractifs et originaux – des formes cubiques, rondes, cintrĂ©es par exemple – et des finitions plus poussĂ©es. Les rayons de caisses-outres Ă©tant de plus en plus riches, les marques redoublent d’efforts pour se diffĂ©rencier face Ă  la concurrence», constate-t-elle. Pour l’instant, la France reste plus traditionnelle que la Scandinavie par exemple, oĂą les caisses sont minces, hautes, dĂ©corĂ©es de façon dĂ©calĂ©e. Les consommateurs sont plus jeunes qu’en France, oĂą les BIB sont principalement achetĂ©s par les plus de 55 ans. CotĂ© spiritueux, le rhum en caisse-outre est surtout visible dans les DOM-TOM. D’autres marchĂ©s spĂ©cifiques constituent des niches, comme la vodka en Pologne, ou les cocktails. Certains produits destinĂ©s aux professionnels de la restauration reprĂ©sentent un gros marchĂ© mondial, en caisses de 10, 15, 20 litres, tels les mĂ©langes pour sodas ou glaces destinĂ©s aux fast-foods (surtout aux Etats-Unis), les produits laitiers, les Ĺ“ufs liquides ou les huiles.

Extrait de la revue n° 641 - Septembre 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support