Texte AlternatifSelon le dernier rapport World Robotics publiĂ© par l’IFR (International Federation of Robotics), les ventes annuelles de robots ont atteint en 2018 16,5 Mrds de dollars, un record. Soit l’équivalent de 422 000 unitĂ©s, un rĂ©sultat en progression de 6% par rapport Ă  l’an dernier. Et les signaux sont tous au vert pour les prochains mois Ă  venir : l’IFR projette une croissance moyenne de 12% par an sur l’intervalle 2020-2022. Sur ce secteur, l’Asie reste le marchĂ© principal tirĂ© par les demandes chinoises, corĂ©ennes et japonaises. Ces trois pays avec les Etats-Unis et l’Allemagne reprĂ©sentent Ă  eux seuls 74% des installations robots en 2018. 30% des ventes de robots sont destinĂ©es Ă  l’industrie de l’automatisation, principale utilisatrice de ces solutions. Après une forte progression de 21% en 2017, elle enregistre une croissance plus timide de 2% en 2018. A noter, que malgrĂ© l’intĂ©rĂŞt croissant pour les cobots et mĂŞme si leur Ă©quipement a augmentĂ© de 23% entre 2017 et 2018, l’IFR n’a comptabilisĂ© que 14 000 nouvelles installations dans le monde, soit seulement 3,24% de l’offre robots.

Un marché plus mature en France, en quête de nouvelles technologies
Texte AlternatifEntre 2018 et 2019, malgrĂ© l’intĂ©rĂŞt pour ces solutions, le marchĂ© des robots a stagnĂ© en termes de volumes, crĂ©ant quelques tensions. Cyril HĂ©roult, Directeur du segment agroalimentaire ABB France analyse : «nos clients sont Ă  la recherche de nouvelles technologies diffĂ©renciantes, et avant d’investir prennent un vrai temps de rĂ©flexion. C’est pourquoi, chez ABB, nous nous concentrons davantage sur l’optimisation des datas, la qualitĂ© et la traçabilitĂ© de la production, des points essentiels». Les besoins changent Ă©galement. Que ce soit en agroalimentaire, ou dĂ©sormais en pharmacie/cosmĂ©tique, les industriels travaillent sur de plus petites sĂ©ries. Ce qui implique d’adapter les machines, leur taille et leur cadence. «Autre Ă©volution majeure notamment dans le secteur agroalimentaire : les robots Ă©taient auparavant utilisĂ©s majoritairement pour du pick and place et de la fin de ligne. Aujourd’hui, les clients nous les rĂ©clament plus en amont pour des produits semi-finis ou nus. Ce qui nous demande de travailler sur la vitesse et taille de nos solutions, mais aussi de les adapter Ă  des environnements hygiĂ©niques ou aseptiques», explique Cyril HĂ©roult.

Côté nouveautés, ABB étoffe sa gamme de robots YuMi®avec la nouvelle référence IRB14050 YuMi® à un bras, destinée à la petite manutention de charges légères (jusqu’à 500 g) ou pour des bancs d’essais. Agile et compact, il s’adapte facilement aux lignes existantes grâce à son design modulaire flexible, sans besoin d’interruption d’opérations en cours. De manière similaire à la version deux bras, ce YuMi® peut être installé en toute sécurité au contact des opérateurs, avec un faible encombrement spatial. En parallèle, ABB a récemment dévoilé OmniCore™, sa dernière génération d’armoires de commande robots. Dotée d’un nouveau pupitre et logiciel, elle permet une connexion facilitée aux robots, tout en garantissant une meilleure cybersécurité des données. Autre sujet important pour 2020 chez ABB, le développement de son service ABB Ability™, qui permet la digitalisation des données, qu’elle soit matérielle ou cloud, pour faciliter notamment la maintenance prédictive de ses machines et robots.

Extrait de la revue n° 641 - Septembre 2019. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support