Sa présidente Françoise Andres (photo) a ainsi prôné la nécessité «de véhiculer des messages positifs et de remettre en avant les avantages du plastique. En 2020, le plastique devra être encore plus «circulaire», c’est sur cette démarche vertueuse qu’il faut communiquer». Si de nombreux efforts de la part des industriels sont faits pour améliorer la recyclabilité de leurs emballages pour en faciliter leur tri, la question de l’emballage plastique fait progressivement place à la question même de la place de l’emballage dans la société. Elipso, par la voix d’Emmanuelle Buffet, rappelait ainsi ses fonctionnalités essentielles pour assurer une bonne protection et conservation du produit et une information de qualité vis-à-vis du consommateur. Un retour à la raison qu’espère l’industrie de l’emballage à l’instar de l’Allemagne qui a su conserver un discours rationnel et scientifique sur la question grâce à un gros travail de communication et de pédagogie de l’IK. Pour se défendre et mieux communiquer sur l’emballage plastique, l’usage des réseaux sociaux s’avère un véritable enjeu pour les industriels. D’autant plus que d’autres sujets à polémique risquent d’animer encore la sphère de l’emballage dans les mois à venir. Comme l’arrivée annoncée de futures applications type «Yuka», qui viendront décrypter l’impact environnemental de l’emballage et sa recyclabilité ou encore la question des perturbateurs endocriniens et des plastiques.

Extrait de la revue n° 645 - Février 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support