Texte AlternatifLa tendance Ă  l’accessoire textile continue de se dĂ©velopper sur les parfums et coffrets. Depuis 2019, le ruban Ă©co-responsable a le vent en poupe et les projets affluent chez les fournisseurs. Avec des consĂ©quences heureuses : «grâce Ă  cette tendance au ruban Ă©cologique, le ruban français revient en force, ce qui m’a permis d’embaucher 10 personnes. Nous avons courbĂ© l’échine pendant dix ans, mais avons toujours gardĂ© nos usines en France. Cette stratĂ©gie s’avère payante aujourd’hui, Ă  une pĂ©riode oĂą les marques se soucient d’environnement et d’empreinte carbone. Cette annĂ©e, nous affichons une croissance de 10% de chiffre d’affaires», analyse Laurent Gery, directeur d’Oriol & Fontanel.

Texte AlternatifConcernant le marché du ruban en France, «on constate que beaucoup de rubans vendus viennent d’ailleurs – surtout de Chine, sur des marques moins prestigieuses. Mais sur le ruban du luxe, nous sommes trois acteurs sur le territoire», ajoute-t-il. Oriol & Fontanel a une capacité de production de 8 millions de mètres par mois, sur trois sites. La société fabrique également 40% de sa production chez deux partenaires exclusifs en Asie et un en Roumanie. L’univers français des fabricants de rubans a été témoin du rachat fin 2019 de l’entreprise Seram par le groupe Neyret. «Ce rachat renforce notre groupe dans son panel de savoir-faire. Il y a aussi de belles synergies au niveau de la clientèle, notamment dans la confection et l’emballage primaire. Nos sociétés sont aussi complémentaires de par leurs positions géographiques mondiales, et Seram possède d’importantes ressources pour le montage manuel de produits», énumère Sylvain Rivoire, responsable marketing et studio de développement de Neyret. Le groupe produit entre 50 et 70 millions de mètres de ruban par an, et compte plusieurs unités en France. Il peut industrialiser à grand volume des créations réalisées à la main dans ses ateliers en Tunisie ou en Chine.

Texte AlternatifMatériaux biosourcés, recyclés
Tous les fournisseurs de rubans dĂ©veloppent une offre Ă©co-responsable. «Le secteur du luxe essaie d’avoir la meilleure dĂ©marche possible. Depuis huit ans, nous proposons des solutions Ă©cologiques, mais un vrai changement s’opère depuis deux ans. DĂ©sormais, plus de 20% de notre production de rubans est rĂ©alisĂ©e avec des matĂ©riaux Ă©cologiques, et cela continue de croĂ®tre», note Sylvain Rivoire. La sociĂ©tĂ© Neyret propose systĂ©matiquement des alternatives «vertes» Ă  ses clients : «des matĂ©riaux biosourcĂ©s, comme le coton bio poussant dans des zones plus dĂ©diĂ©es Ă  sa culture, ce qui permet de rĂ©duire la consommation d’eau par rapport Ă  un coton classique, ou encore le lin, qui pousse en grande partie en France et sera bientĂ´t certifiĂ© bio. L’utilisation de matĂ©riaux recyclĂ©s est aussi une tendance, Ă  l’instar du polyesterou du coton recyclĂ©, issu d’une filière de rĂ©cupĂ©ration de vĂŞtements, et que nous commençons Ă  exploiter. Et bien sĂ»r, nous avons une offre autour des fibres biodĂ©gradables Ă  base de cellulose, comme le Tencel™ou le Greencel, qui permettent une fabrication plus propre, en circuit fermé», dĂ©taille Sylvain Rivoire. Le choix des clients dĂ©pend de l’aspect matière recherchĂ©. Oriol & Fontanel compte Ă©galement dans ses gammes des rubans fabriquĂ©s Ă  partir de la cellulose de bois, en acĂ©tate, principalement sous la marque Tencel™, fibre du groupe autrichien Lenzing.

Extrait de la revue n° 645 - Février 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support