Les brasseurs — américains, japonais et d’Europe occidentale — les plus gros consommateurs de canettes, devraient profiter le plus de cette baisse. La moindre pression sur les coûts devrait également venir d’une diminution du prix de l’orge brassicole de 25% pour les brasseurs d’Europe occidentale et de 5 à 10% pour les brasseurs américains. Malgré ces perspectives optimistes, les brasseurs auront à faire face à une augmentation des salaires, de l’énergie et du verre en 2020. Ces deux dernières années, ils imputaient le ralentissement de leurs bénéfices aux prix élevés de l’aluminium.
(Packaging Strategies, 14 janvier 2020)