Texte AlternatifC’est au sein d’une rĂ©gion agroalimentaire vendĂ©enne très dynamique, au taux de chĂ´mage le plus bas de France, que Mecapack a choisi d’installer dès 1990 son site de production Ă  Pouzauges afin d’être au plus près de ses clients. «Le marchĂ© de l’agroalimentaire reprĂ©sente 65% de notre chiffre d’affaire, suivi par les collectivitĂ©s (25%) et l’industrie pharmaceutique et mĂ©dicale (10%)», prĂ©cise Nicolas Ducept, pdg de Mecapack. RĂ©partie sur 5850 m², l’usine accueille un atelier de montage, six centres d’usinage intĂ©grĂ©s pour gagner en rĂ©activitĂ©, un magasin, un espace showroom et une partie administrative. Chaque annĂ©e, ce sont 230 machines d’operculage et 70 autres de thermoformage qui y sont produites grâce au travail d’une Ă©quipe de 200 employĂ©s. Un savoir-faire Made in France auquel le fabricant est sensible : 90% des pièces mĂ©caniques sont fabriquĂ©es dans un rayon de 100 km. «Nous sommes Ă©galement très attachĂ©s Ă  l’ancrage local de notre sociĂ©tĂ©, pour rĂ©pondre aux enjeux territoriaux de formation, de recrutement des jeunes et de dĂ©veloppement durable», commente le dirigeant. Avec le recrutement de 50 salariĂ©s entre 2014 et 2019, l’épanouissement des collaborateurs est une prioritĂ© affichĂ©e par la direction. «Le bien-ĂŞtre de nos salariĂ©s est primordial, recruter les bons talents pour s’entourer de fortes compĂ©tences techniques est un Ă©lĂ©ment clĂ© de compĂ©titivitĂ© et d’agilitĂ© dans le secteur des machines en France», confie Nicolas Ducept.

Un changement d’actionnariat pour accompagner la croissance de Mecapack
Texte AlternatifDepuis 2014, le changement de culture managériale déployée autour d’une économie bleue, à la fois écologique, responsable et rentable porte ses fruits. L’entreprise enregistre une croissance moyenne de 11% par an, qui a fait bondir son chiffre d’affaire de 18 M€ en 2013 à 30,8 M€ en 2019. «Nous avons su avoir une meilleure pénétration du marché français, en étant plus à l’écoute de nos clients et de leurs besoins, tout en développant notre activité à l’export, qui représente aujourd’hui 28% du CA», explique Mecapack. Pour accompagner cette nouvelle dynamique, la société a d’ailleurs annoncé fin 2019 son changement d’actionnariat. Une opération de LBO à la structure singulière puisque l’équipe de direction de Mecapack est totalement engagée dans ce projet, accompagnée par Sodero Gestion, un fond régional et BPI France, un acteur national majeur à l’international.

«Ce choix est totalement cohĂ©rent avec nos axes stratĂ©giques de croissance : l’ancrage territorial de nos emplois et le dĂ©veloppement de notre activitĂ© Ă  l’export», explique Nicolas Ducept. Cette reprise a permis d’ores et dĂ©jĂ  d’engager l’investissement d’un nouveau centre d’usinage fin 2019, d’un montant de 800 000 euros, pour une montĂ©e en capacitĂ©, qui permet par la mĂŞme occasion d’amĂ©liorer le bien-ĂŞtre des opĂ©rateurs, grâce Ă  l’intĂ©gration de moyens de manutention pour rĂ©duire le risque de TMS (Trouble Musculo Squelettique). Autre investissement prĂ©vu : un projet d’extension de l’usine de Pouzauges de 1800 m² supplĂ©mentaires. Ce nouvel espace – dont la livraison est prĂ©vue en 2021 – accueillera une partie logistique, montage et des bureaux administratifs. CoĂ»t des travaux estimĂ© : entre 1,5 et 2 M€. Ces investissements doivent permettre Ă  Mecapack d’accompagner son ambition de dĂ©veloppement.

Extrait de la revue n° 645 - Février 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support