Texte AlternatifLe positionnement fort de Val Laquage et Piochel dans le marché des cosmétiques et de la parfumerie donnait tout ce sens à ce rapprochement. «Nous sommes force de proposition sur le décor marquage à chaud, métallisation ou toute demande spécifique», précise Valérie Tellier, présidente du Groupe Val Fi. «Ainsi, les flacons en verre étiré constituent souvent un complément de gamme. Nous avons développé ce savoir-faire sur les fabrications de Flacopharm».

Texte AlternatifAvec une ambition identique : poursuivre un partenariat fructueux et l’amener vers d’autres produits (comme la mĂ©tallisation) ou proposer de nouveaux dĂ©cors comme le marquage Ă  chaud. En ces temps de «plastic bashing», Laurent Moos (photo Ă  droite), Ă  la tĂŞte de Flacopharm se veut confiant : de nombreux groupes cosmĂ©tiques ont annoncĂ© vouloir rĂ©duire l’utilisation de plastique Ă  l’horizon 2025. C’est donc autour du verre que des dĂ©veloppements vont s’effectuer. Le dirigeant prĂ©voit plusieurs investissements : agrandir l’usine, acheter un terrain ou encore investir dans du matĂ©riel pour augmenter les capacitĂ©s.

Présent à la fois en parfumerie, en maquillage et cosmétique, Flacopharm emploie 48 salariés et fabrique chaque année 270 millions de flacons, avec un CA de 12 millions d'euros, en hausse de 20% depuis deux ans et dont 25% est réalisé à l’export.

Reproduction interdite sauf accord Ă©crit d'Emballage Digest ou mention du support