Texte AlternatifPour Jean Blottière, dĂ©lĂ©guĂ© gĂ©nĂ©ral du ComitĂ© Français des AĂ©rosols, le «format gĂ©nĂ©rateur d’aĂ©rosols» – ainsi qu’il dĂ©signe les boĂ®tiers aĂ©rosols – a de nombreux atouts : «il est facile Ă  utiliser, sĂ©curisĂ©, et son rapport qualitĂ©-prix est excellent car il offre un usage sur du long terme tout en conservant ses performances. Des marchĂ©s rĂ©cents sont porteurs, comme les produits solaires, les brumisateurs, les shampooings secs ou les gels douche. On estime, sur la base de nos Ă©tudes, que 680 millions d’aĂ©rosols sont consommĂ©s en France par an. 50 Ă  60% correspondent Ă  des produits cosmĂ©tiques. Cela reprĂ©sente environ 30 500 tonnes de mĂ©tal, dont plus de 16 000 tonnes sont rĂ©cupĂ©rĂ©es Ă  travers les collectes organisĂ©es, et plus de 7 300 tonnes Ă  travers l’incinĂ©ration des dĂ©chets mĂ©nagers – soit près de 80% au total», souligne-t-il. En 2018, en France, 60% des aĂ©rosols produits Ă©taient en aluminium, et 40% en acier (fer blanc). «La stratĂ©gie actuelle des acteurs du gĂ©nĂ©rateur d’aĂ©rosols est de travailler sur la communication auprès du consommateur pour lui expliquer comment trier l’aĂ©rosol Ă  la fin de son utilisation. MalgrĂ© l’évolution des gaz propulseurs vers des alternatives limitant l’impact sur l’environnement, nous remarquons qu’il subsiste dans l’esprit du grand public une croyance sur de potentiels effets nĂ©fastes de l’aĂ©rosol. C’est un problème de connaissance. L’évolution de la technologie du gĂ©nĂ©rateur d’aĂ©rosols vers des valves Ă  poche, de l’air comprimĂ©, ou l’arrivĂ©e des aĂ©rosols compressĂ©s dans de petits boĂ®tiers ont pourtant eu un impact positif sur la rĂ©duction des COV», ajoute-t-il.

Texte AlternatifComme tous les fournisseurs, Ball vise Ă  amĂ©liorer la performance environnementale de ses produits. Le groupe compte cinq sites dĂ©diĂ©s aux aĂ©rosols – trois en Europe (France, Grande-Bretagne, RĂ©publique tchèque), un au Mexique, et un en Inde Ă  destination du marchĂ© domestique et du Moyen-Orient. Il produit 1,3 milliards d’aĂ©rosols en aluminium par an. Ball a dĂ©veloppĂ© il y a cinq ans l’alliage ReAl, un mĂ©lange d’aluminium vierge et d’aluminium recyclĂ© Ă  hauteur de 25% (issu de boites boissons). L’entreprise produit elle-mĂŞme ses matières premières dans trois sites – au Canada, en France et aux Etats-Unis. «Cet alliage, plus rigide, permet un gain de matière de 20% par rapport Ă  un boĂ®tier aĂ©rosol standard – tout en conservant les mĂŞmes propriĂ©tĂ©s et la mĂŞme flexibilitĂ© dans nos process. Nous avons fabriquĂ© un milliard de boĂ®tiers aĂ©rosols avec cette technologie, et Ă©conomisĂ© autant de tonnes. Nous travaillons sur la seconde gĂ©nĂ©ration de l’alliage ReAl pour atteindre jusqu’à 30% d’allègement», indique Sebastien Gaspari, vice-prĂ©sident et directeur gĂ©nĂ©ral de Ball Europe et Inde. La sociĂ©tĂ© projette Ă©galement d’augmenter la part d’aluminium recyclĂ© dans ses emballages. «Ce mĂ©tal est recyclable Ă  l’infini. Quand on le recycle, on Ă©conomise 95% de l’énergie nĂ©cessaire pour fabriquer de l’aluminium neuf. Et cette matière recyclĂ©e a une valeur : 75% de l’aluminium produit depuis la fin du 19ème siècle est encore utilisĂ© aujourd’hui, sous diffĂ©rentes formes !», ajoute-t-il. Le producteur allemand d’aĂ©rosols en aluminium Tubex a lui aussi conçu un boĂ®tier allĂ©gĂ©. Avec le fournisseur Neuman Aluminium, ils ont dĂ©veloppĂ© un alliage spĂ©cifique permettant de rĂ©duire l’épaisseur des parois, et ainsi le poids du boĂ®tier de 20%. Cet alliage permet en outre l’utilisation de matĂ©riau PCR. Grâce Ă  cette rĂ©duction de poids, Tubex estime que 15% de boĂ®tiers en plus peuvent ĂŞtre placĂ©s sur les palettes.

Extrait de la revue n° 646 - Mars 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support