Texte Alternatif

Moins d’une entreprise sur cinq (19%) atteint un niveau d'automatisation supérieur à 75% pour ces processus. Près d'une entreprise sur dix (9%) s'est montrée très réticente à investir dans ces processus et présente un niveau d'automatisation inférieur à 25%. Dans le cas des processus de manutention, c’est même le cas d’une entreprise sur cinq.

Cette situation dans les entreprises suggère qu'il y a un retard à combler dans les équipements concernés. Si cette réticence à investir n'est pas surmontée, ces entreprises risquent d'être pénalisées au niveau productivité par rapport à la concurrence, analyse l’auteur de l’étude. Même constat en ce qui concerne la vulnérabilité des processus de stockage. Par exemple, la proportion d'entreprises fait état d’un degré d'automatisation inférieur à 50% est de 48%, soit le double de celles déclarant être automatisées à plus de 50% (dont la proportion est de 24%). Cependant même les entreprises automatisées ne sont totalement à l'abri de perturbations. Les dysfonctionnements logiciels (40%) et le mauvais fonctionnement de systèmes complexes (32%) figurent parmi les causes les plus fréquentes de dégradation.

Par ailleurs, la facilitĂ© d'utilisation des modules de convoyage joue Ă©galement un rĂ´le majeur pour les participants Ă  l'enquĂŞte, s’agissant de manutention Ă  palettes. 61% des planificateurs de production considèrent mĂŞme ce point comme primordial pour ces processus. Pour 58% des personnes interrogĂ©es, la durabilitĂ© et la robustesse des convoyeurs Ă  palettes constituent l'avantage dĂ©cisif d'une solution. Et ceux qui pensent que les responsables de PME ne sont pas ouverts aux nouvelles tendances se trompent : 67% considèrent qu’une maintenance prĂ©dictive et un service professionnel sont les Ă©lĂ©ments les plus importants pour garantir des processus de production sans heurts - devant mĂŞme la durĂ©e de vie des applications (53%) et la modularitĂ© des solutions (50%). Dans le cadre de cette enquĂŞte menĂ©e en 2019, 200 entreprises de fabrication en Allemagne ont Ă©tĂ© interrogĂ©es par tĂ©lĂ©phone.

L'accent a été mis sur les entreprises de 50 à 500 employés, réalisant jusqu’à 500 millions d'euros de chiffre d'affaires. Ces entreprises provenaient de secteurs très variés, allant de la construction mécanique à l'industrie alimentaire, en passant par les biens de consommation. Les décideurs techniques, tels que les directeurs techniques, les directeurs de production et les planificateurs de production, ont été particulièrement ciblés.

Reproduction interdite sauf accord Ă©crit d'Emballage Digest ou mention du support