Texte Alternatif“La population grandissante des millĂ©niaux et de la gĂ©nĂ©ration Z gĂ©nère une croissance supplĂ©mentaire sur le segment du fond de teint. Plus que tout autre, la population ethnique a Ă©galement contribuĂ© Ă  cette progression, avec l’émergence de nouveaux besoins liĂ©s aux teintes. Ces demandes ont poussĂ© le marchĂ© Ă , par exemple, Ă©largir les gammes chromatiques des fonds de teint et des correcteurs – certaines marques proposent jusqu’à 43 teintes, et Ă  rechercher des packaging adaptĂ©s», remarque Valentina Dragoni, responsable marketing de Lumson. Par ailleurs, avec la crise sanitaire actuelle, la façon de se maquiller Ă©volue. «Avec cette crise sanitaire, nous voyons que les clients et les consommateurs font Ă©voluer leurs prioritĂ©s. Les consommatrices souhaitent flouter les imperfections plutĂ´t que les camoufler. Cette tendance Ă©tait dĂ©jĂ  amorcĂ©e, mais elle est renforcĂ©e depuis le Covid-19. Elles ont fait une «dĂ©tox» de produits : elles ont perdu l’habitude d’empiler les couches et favorisent un maquillage plus lĂ©ger. Le port du masque rajoute en outre des contraintes, car le fond de teint peut se transfĂ©rer dessus. Nous pensons que le travail du teint sera plus localisĂ© sur le visage, avec des applications par petites touches sur certaines zones, et des formules liquides longue durĂ©e, sans transfert», analyse Cathy Nicolay, chef de produit marketing chez AlbĂ©a. «Aujourd’hui, Ă  court terme, la prioritĂ© absolue sur les emballages est l’aspect sĂ©curitĂ© et hygiène, pour Ă©viter toute retro-contamination des formules. Cela gĂ©nère de nouveaux challenges, de nouvelles façons de tester des produits. Les ventes sur internet, souvent sur recommandation, montent en puissance, apportant aussi d’autres dĂ©fis concernant la logistique, le transport», ajoute-t-elle. DĂ©but juin, AlbĂ©a et Silgan ont conclu la vente de la division Dispensing Systems d’AlbĂ©a, ainsi que de son pĂ´le MĂ©tal (Covit Europe et Etats-Unis) et son pĂ´le BrĂ©sil. Le groupe AlbĂ©a se recentre ainsi sur ses activitĂ©s historiques, comme le tube et les emballages primaires dit rigides (rouges Ă  lèvres, mascaras, compacts…).

Texte AlternatifPour le fond de teint, AlbĂ©a compte dans ses gammes des tubes donc, mais Ă©galement des tottles (un design entre flacon et tube), des compacts et des sticks. «Depuis un an, nous avons des demandes accrues pour des tottles, et cela va croissant. Nous travaillons Ă  Ă©largir la gamme. C’est un format qui plaĂ®t Ă  une cible jeune, se transporte facilement, rĂ©pond Ă  une tendance au fond de teint liquide, et il se diffĂ©rencie du tube. Sur le plan de la conception, le nombre de composants – en PET ou en PE – est limitĂ©, et le diamètre de l’orifice du rĂ©ducteur va permettre de dĂ©livrer un flux plus ou moins important de formule. Il convient Ă  des degrĂ©s de viscositĂ©s variĂ©s, et permet un goutte-Ă -goutte si la formule est liquide. Notre standard sera bientĂ´t proposĂ© en semi-spĂ©cifique, avec une partie rĂ©alisĂ©e en standard, et une autre personnalisĂ©e. Cela constitue un entre-deux intĂ©ressant pour les marques sur le plan Ă©conomique», souligne Cathy Nicolay. AlbĂ©a a rĂ©alisĂ© en tottle les derniers lancements «teint» de LancĂ´me, YSL ou encore Clinique. Avec son design proche du tottle, le produit «Star Drop»du fournisseur Aptar Beauty + Home est Ă©galement bien adaptĂ© aux formules très fluides, particulièrement tendances actuellement : sa valve coupe le flux de produit lorsque le flacon est pressĂ©, Ă  l’instar d’un compte-goutte. Il permet en outre une gestuelle Ă  une main.

Extrait de la revue n° 649 - Juin 2020. Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support