Texte Alternatif

Inadaptés, les emballages d’expédition entraînent également une perte considérable de place dans les camions de transport, à l’origine d’un surcroît des trajets de livraison impactant ainsi la chaîne logistique.

Selon ce même rapport, la hausse des ventes en ligne pendant la période de Noël entraînera 89 491 trajets de livraison supplémentaires sur les routes de France et un surplus d’emballages utilisés estimé à 59 366 tonnes.

Texte AlternatifQuant aux emballages inadaptés à leurs contenus, ils entraîneront à eux seuls 98 904 trajets de livraison supplémentaires en cette fin d’année 2020, et plus de 1 500 tonnes de CO2 en plus rejetées dans l’atmosphère. Une augmentation considérable alors que la plupart des entreprises et des consommateurs s'efforcent de réduire leur impact environnemental.

Par ailleurs, les emballages inadaptés peuvent également augmenter les risques de dommages et de retards, provoquant ainsi une frustration chez les consommateurs, d’autant plus mal vécue en cette période de fin d’année.

• 68% des personnes interrogées déclarent qu’elles ne passeraient plus commande auprès d’une marque si leur colis arrivait endommagé,
• 62% des sondés demanderaient un remboursement si les articles commandés arrivaient endommagés,
• 64% des personnes interrogées déclarent qu’elles ne passeraient plus commande auprès d’une marque si leur colis arrivait en retard alors que 20% affirment qu’elles annuleraient leur commande.

L’emballage en tant que tel est également un critère important pour les consommateurs français : 22% d’entre eux souhaitent l’emballage de leurs colis recyclable ou réutilisable.

(1) Enquête OnePoll menée auprès de 1 000 consommateurs français représentatifs. Réalisée entre le 3 et le 5 novembre 2020.

Reproduction interdite sauf accord écrit d'Emballage Digest ou mention du support