N°619 - Machines&technologies - Editorial


 

 

 

Françoise Albasini, rédactrice en chef

L’emballage se féminise-t-il ?
Si l’assemblée nationale, nouvellement élue, s’est féminisée, pourquoi pas l’emballage ? Même si l’on pense qu’il l’est déjà ! Mais il semblerait que cette «féminisation» devienne un critère pour capter de nouvelles cibles qui émergent sur certains marchés.

 

Prenons l’exemple d’une société qui se positionne sur le marché de la jardinerie, et notamment celui des engrais organiques. Constatant que sa clientèle se féminise (1), elle a allégé ses sacs de terreau, mieux encore les a dotés d’une double poignée et plus encore… d’un zip refermable ! Il faut bien ça pour séduire une femme dans son jardin !!

 

Disons plus simplement que de telles fonctionnalités, dés lors que l’emballage les a conçues, sont faites pour s’en servir. Question de praticité, d’ergonomie, de préservation du contenu… Des bénéfices qui ont vocation, avant tout, à séduire tout emballage, et dont on peut regretter, d’ailleurs, qu’ils ne progressent pas suffisamment.

 

Aux Etats-Unis, les femmes tiennent congrès… dans un milieu dominé par les hommes… celui des vins et spiritueux. Venues notamment de France, d’Australie, d’Afrique du Sud, d’Italie, d’Argentine, les femmes les plus influentes de ce secteur ont participé au «Third Annual Women of the Wine &Spirits Global Symposium» qui s’est tenu mi-mars à Napa, en Californie (2). Un congrès qui était «sold out» avant même son démarrage.

 

Les femmes ont un énorme pouvoir d’influence qui ne cesse de progresser tant au niveau des tendances que des ventes, selon la fondatrice de Women of The Wine & Spirits. Les chiffres semblent lui donner raison. Une étude conduite par Nielsen indique que les femmes captent 85% des achats des vins et spiritueux aux Etats-Unis. Soit 4,3 milliards sur les 5,9 milliards de dollars que dépensent les Américains pour ce secteur.

 

En France, plus de 65% des achats de vin sont effectués par des femmes, selon une enquête menée par My VitiBox (3). Un tiers des œnologues (4) sont des femmes, quand elles n’étaient que 15%, il y a quinze ans.
Quelle est l’influence des femmes sur le design des bouteilles ? On évoque souvent le rosé. Mais ce vin qui ne cesse de progresser est jeune et n’a pas vraiment de codes et de références. Du coup, il peut tout se permettre. Peut-on, pour autant, parler d’une féminisation de son packaging ?

 

Si le monde du vin se féminise, si l’emballage se féminise, sûr on peut parler alors d’une véritable Evolution en Marche !

 

(1) Article publié dans Les Echos du 28 juin 2017 - (2) Packaging Strategies-March 2017 - (3) étude de 2013 rapportée par Le Figaro - (4) Vin & Société - chiffre 2010.