N°623 - Machines&technologies - Editorial


 

 

 

Françoise Albasini, rédactrice en chef

Quelle alimentation pour demain ? entre le frais, le bio, et la stratégie bas-carbone…
Tout se rejoint et mettre en perspective les stratégies, les objectifs et les données est intéressant pour se faire une idée du futur qui se profile… dans un avenir pas si lointain. Perspective et prospective …

 

Le Plan climat et la Feuille de route de l’économie circulaire donnent à l’industrie de l’emballage un rôle de premier plan… En effet, si deux objectifs sont d’ores et déjà fixés pour 2025, à savoir «diminuer de moitié la mise en décharge et recycler 100% du plastique», d’autres orientations sont intéressantes à considérer à la lecture des consultations publiques auxquelles ce gouvernement et le ministre de la Transition écologique et solidaire semblent si attachées.

 

Ainsi tout citoyen âgé de plus de 15 ans peut participer à la révision de la stratégie de la France pour le climat et contribuer plus précisément à la Stratégie Nationale Bas-Carbone-SNBC en répondant à un questionnaire à réponses multiples. Cinq thèmes sont proposés dont le logement, le transport, la consommation. On peut répondre à tous les thèmes ou pas, et cocher toutes les réponses ou pas.

 

Une synthèse de cette consultation publique sera publiée à l’issue de la phase de concertation du public.

 

Les réponses ne devraient pas réserver de grandes surprises quand, parmi la ou les réponses proposées, on peut cocher, entre autres, au chapitre Ma consommation - Alimentation :
Je privilégie les produits frais, Je limite ma consommation de plats préparés, Je réduis ma consommation de protéines animales au profit des protéines végétales…
Ou au chapitre Ma Consommation - Hors Alimentation, quand j’effectue un achat je choisis un produit fabriqué à partir de matériaux recyclés, un réparable, un recyclable…
Difficile devant de telles propositions de ne pas se dire citoyen actif à la SNBC.

 

Quoi qu’il en soit, le mouvement semble en marche…Il suffit de voir les scores qu’enregistrent les achats alimentaires bio. Ce secteur a réalisé 7 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2016 alors qu’il était de 2 milliards en 2007. Soit une croissance de 278% sur cette période. Une progression confirmée par Franck Poncet, directeur général de Naturalia aux Journées annuelles 2017 de l’Institut du commerce qui se sont tenues récemment. Fleury Michon, lui aussi présent, a également enregistré ses plus grosses progressions avec les produits bio, label rouge, bleu blanc cœur. Selon son directeur marketing stratégique, David Garbous, si le produit porte une vraie promesse, une vraie valeur ajoutée inscrite sur le pack, le consommateur est prêt à payer plus. Une stratégie que le groupe veut pousser plus loin et pour se faire regarde vers les starts-up. C’est aussi avec des petites marques dynamiques que Naturalia veut rajeunir l’image du bio plutôt tristounette. Ces jeunes marques avec leurs packagings «gourmands, sexy», cassent les codes classiques [des marques bio] «qui sentent le vieux».

 

Le bio rassure. Le succès de la distinction Meilleur Produit Bio, depuis sa création il y a 5 ans, ne se dément pas. De 25 en 2013, 80 en 2015, 150 en 2017 (1), ils sont 200 produits certifiés bio à participer à cette distinction en 2018. A compter du 1er janvier, les 129 marques lauréates pourront apposer gratuitement le logo «Meilleur Produit Bio» sur leur packaging.

 

La SNBC, c’est aussi développer notamment un usage efficient des ressources bio-sourcées par l'emballage, prévenir la production de déchets (grâce à l'éco-conception, allongement de la durée de vie des produits,  limitation du gaspillage alimentaire), augmenter la valorisation matière des déchets qui n'ont pu être évités (recyclage) et faire disparaître l'incinération sans valorisation énergétique (2).

 

Les industriels de l’emballage sont déjà en route… Les marques alimentaires n’ont plus qu’à suivre… et payer le juste prix…

 

(1) Année où la note minimum est passée de 15/20 à 16/20 pour garder l'excellence et les meilleurs produits uniquement (2) Recommandations sectorielles de la SNBC/Plan Climat - juillet 2017.