SteelForPackaging
   
N° 639 - Machines&Technologies - Actualité

 

 





igus : bien câblé pour le futur
Le spécialiste allemand des polymères haute performance dédiés aux mouvements affiche de belles perspectives de croissance et prévoit l’extension de son usine de Cologne, dont la livraison est prévue fin 2020.

 

Avec plus de 100 000 références en ligne, Thorsten Beitzel, DG igus France, rappelle que «les chaînes porte-câbles sont le cordon ombilical de la machine moderne». Le groupe, qui a fait de sa spécialité, les plastiques en mouvement (câbles, paliers lisses, roulements à billes, guidage linéaire, etc.), se veut flexible, capable de réaliser de petites séries grâce à une technique d’impression 3D plastique des chaines, à de plus grandes productions par usinage injection. En lançant un grand chantier d’extension de son site industriel à Cologne, igus souhaite accélérer son développement.

 

Un site industriel évolutif
Véritable fleuron de l’industrie moderne, avec ses murs modulables et un espace extensible, le site de Cologne produit la quasi-totalité des références standards (hormis une usine d’injection aux USA), pour environ 200 000 clients. Une production assurée par les quelques 2 000 employés, répartis sur plus de 100 métiers différents sur ce site. L’équivalent, au quotidien, de 7 000 livraisons par jour, avec une valeur moyenne de 365€ par commande. Pour accompagner sa croissance, un nouveau bâtiment devrait voir le jour de l’autre côté de la route qui borde l’usine, avec 25 000 m² supplémentaires. Une surface dédiée à la production et aux bureaux, reliée au site actuel par un large et haut tunnel souterrain. Avec un lancement du chantier programmé fin 2019, le nouveau site devrait voir le jour fin 2020. Coût de l’investissement : 60 millions d’euros.

Les avantages du plastique
Face aux pièces en métal, les polymères haute performance - dont s’est igus s’est fait le fer de lance - offrent de nombreux avantages : durée de vie plus élevée, temps d’approvisionnement et montage plus courts. Sont regroupés sous le nom de plastiques intelligents igus®, différents capteurs isense (usure, vitesse, courbure, température, production, etc.), le module d’interprétation icom et le concept icom.plus, autant de composants qui mesurent l’état de service, indiquent les entretiens nécessaires et interrompent le service lorsqu’une défaillance cause des dégâts sur une installation. Des outils qui permettent aux clients une maintenance prédictive aux bénéfices reconnus : réduction des temps d’arrêt, baisse des coûts d’entretien, suppression des arrêts imprévus, allongement de la durée de vie, ou encore réduction de la consommation d’énergie.

Un signe fort de confiance en l’avenir et d’optimisme : Thorsten Beitzel ambitionne des perspectives de croissance d’environ 15% par an jusqu’en 2040, sur le marché français, même si les régions les plus porteuses restent l’Allemagne, la Chine et les USA. Parmi les secteurs de l’aéronautique, du médical, du bâtiment qui tirent son chiffre d’affaire, l’emballage représente 7% du CA mondial et français.

 

Un business model qui a porté ses fruits
Si le groupe a connu quelques remous en 2017, les résultats 2018 sont à nouveau au beau fixe. Avec un chiffre d’affaires de 748 millions d’euros en 2018, la recherche et développement constitue une part importante de l’investissement d’igus. Avec une ambition forte : sortir au moins 100 nouvelles références par an. Pour trouver son inspiration, l’entreprise allemande peut s’appuyer sur un vivier important de jeunes talents, avec un bassin de la Ruhr hyperactif, doté de 10 millions d’habitants et de 14 universités. Elle s’appuie aussi sur une plateforme pour start-ups, la «low-cost robotics», en invitant des entrepreneurs, non équipés à usiner sur leur site. Une initiative qui a permis à des entrepreneurs de monter leur petite société au sein d’igus. A l’instar de l’impression 3D, qui permet de produire des filaments résistant à l’usure, d’un niveau similaire à l’injection. Et répondre ainsi aux demandes de petites séries. Prochaine étape : la digitalisation de son activité pour offrir des produits, encore plus faciles d’entretien et abordables économiquement.