E

N° 618 - Machines&Technologies - Actualité


 

 

Comment répondre aux nouvelles attentes du commerce de détail
Les experts du commerce du détail sont tous d’accord pour dire que ce circuit de distribution va devoir s’adapter pour répondre aux attentes du consommateur. Celles-ci avec les nouvelles générations, les nouveaux modes de vie liées notamment aux grandes métropoles évoluent…
«Bref, les entreprises doivent reconsidérer leurs processus existants et les optimiser de manière à générer des gains marginaux à chaque étape de la Supply Chain» explique Sébastien Sliski, general manager Supply Chain Solutions chez Zetes.
«Dans des environnements contraints par des systèmes déjà en place et par des déploiements d’ERP, WMS, TPV… coûteux et complexes, les entreprises doivent analyser la façon la plus efficiente de rester compétitives, dit-il. Mais entreprendre une refonte complète de la Supply Chain serait une erreur, car il faudrait trop de temps avant de pouvoir offrir des services innovants aux clients. Seules les entreprises à même de réaliser rapidement des «gains marginaux» dans leur Supply Chain tireront leur épingle du jeu. Ce concept propose d’effectuer des changements minimes aux processus existants. Et seule une intégration «intelligente» peut offrir l'agilité attendue, sous quelque forme que ce soit : depuis l'utilisation d'informations en temps réel pour une gestion proactive (et non plus réactive) de la Supply Chain, jusqu'à l'alliance de plusieurs technologies d'entrepôt pour prendre en compte la diversité des modèles de vente (par ex. des commandes issues de supermarchés, de commerces de proximité et d'internautes), poursuit S. Sliski.

 

Internet des objets, intelligence artificielle, aide au choix, dispositifs portables et RFID…, les moyens technologiques dont les entreprises disposent pour optimiser la vitesse et l'efficacité de leur Supply Chain semblent illimités. A peine un détaillant réussit-il à mettre en place un service de livraison J+1 qu'une livraison le jour même devient la norme. Certains détaillants ont un taux de retours en ligne de plus de 30%, ce qui signifie que le coût de traitement des retours engloutit tout profit, précise le general manager.
Pour rentabiliser les activités du commerce de détail, une transformation radicale de la Supply Chain semble nécessaire, de la fabrication et la distribution jusqu'à la livraison et la vente en magasin. Le principal objectif doit être une meilleure visibilité. De nos jours, les entreprises fonctionnent à l'aveugle, sans aucun moyen de suivre la progression des commandes dans la Supply Chain. Cela signifie qu'elles ne peuvent pas fournir aux clients des informations de livraison précises, ni atténuer les problèmes survenant au cours d’un processus et risquant de nuire à l'expérience client.

 

C'est précisément ce manque de visibilité qui empêche les détaillants de mettre au point des services innovants et rentables. La visibilité en temps réel des processus et des stocks offre aux organisations les moyens de remplacer la gestion réactive de la chaîne d'approvisionnement par une approche proactive qui favorise le développement de services à la clientèle innovants. Dans l'entrepôt, par exemple, l'un des principaux défis actuels est de parvenir à exécuter des commandes très variées - de l'article unique pour un client direct aux 20 rangées de 30 boîtes pour un magasin. Il n'existe pas de solution universelle : les entreprises qui obtiennent des progrès en termes d'exactitude et de productivité sont celles qui adoptent la meilleure combinaison processus-technologie pour chaque type de commande.
Dans le secteur du retail, il est désormais essentiel de répondre rapidement et efficacement aux attentes des clients. C’est l’analyse des processus combinée à l’intégration technologique au sein de la supply chain, qui génèrera des gains marginaux et qui permettra de proposer des services innovants et rentables aux clients» conclut S. Sliski.