N° 656 - Machines&Technologies - Alimentaire/dossier

 

 

Regain d’innovations dans l’étiquetage
Certaines techniques que l'on croyait dépassées, comme la colle froide, sont remises au goût du jour. Dans le même temps, la "connectivité" des machines progresse à grands pas.

 

Pour les applications alimentaires, l'efficacité et la robustesse du matériel sont les qualités les plus revendiquées par les fabricants d'étiqueteuses, bien souvent avant leur caractère innovant. Or, l'innovation est loin d'être absente de l'étiquetage, comme en témoignent certaines réalisations récentes de Langguth, d'Eticoncept ou encore d'Ixapack. Chez Langguth, la nouveauté se nomme GLU|ECO®: une étiqueteuse linéaire à colle froide très économe en adhésif et qui est également la première du genre à intégrer un système de nettoyage en place automatique. «Il y a peu de fabricants d'étiqueteuses présents, comme nous le sommes, à la fois sur les machines rotatives (gamme moduLAN) et sur les machines linéaires, souligne Nicolas Gasser, responsable commercial de Langguth pour la France. D'autant que nous proposons dans un cas comme dans l'autre aussi bien l'étiquetage à colle froide (gamme wetLAN) que l'étiquetage autoadhésif (gamme selfLAN) et l'étiquetage à colle chaude (gamme hotLAN). Mais ce qui nous distingue peut-être le plus, c'est le savoir-faire que nous avons développé dans le domaine des machines linéaires et plus particulièrement à colle froide, spécialité qui compte très peu d'acteurs». En cause, explique-t-il, d'une part la prédominance des machines rotatives haute cadence sur le marché de la boisson, et d'autre part le succès des étiquettes autoadhésives, notamment en France où les industriels apprécient le fait d'être ainsi débarrassés des soucis de nettoyage avec la colle. «En Allemagne, berceau de Langguth, la situation est cependant différente car les opérateurs généralement connaissent et même adorent leurs machines, si bien qu'ils ne ressentent pas le démontage des pièces, leur nettoyage à l'eau, puis le remontage et les petits réglages comme une contrainte insurmontable».

 

Haro sur les déchets
Nullement délaissées outre-Rhin, les étiqueteuses à colle froide y ont, au contraire, profité ces dernières années de la bonne image des étiquettes ainsi déposées. En effet, leur décollage sur les bocaux en verre ne réclame qu'un trempage dans l'eau alors que celui des étiquettes autoadhésives, par ailleurs plus coûteuses que les étiquettes ordinaires, passe par un processus contraignant avec l'utilisation de produits chimiques et la production de déchets difficilement recyclables. «En dépit d'un coût d'équipement légèrement en défaveur de la colle froide, nous observons que cette technique plus respectueuse de l'environnement recommence à séduire les utilisateurs français, surtout dans la perspective de devoir éventuellement s'adapter à de nouvelles dispositions en termes de recyclage des étiquettes ou même de consigne des bocaux», se réjouit Nicolas Gasser.


 

 

 

Renewal of innovations in labeling
- Langguth's GlueEco® linear wet glue labeler is not only very glue efficient, but the first of its kind to incorporate a cleaning-in-place system.
- Eticoncept's ETI3200 connected labeler offers new predictive maintenance, production monitoring and remote-control functions.
- Ixapack Global offers a new programmable automatic movement system for its labeling heads.

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°656 - Mars 2021