N° 626 - Machines&Technologies - Alimentaire/Dossier


 

 

Le manchonnage réduit son empreinte écologique
Tout en affichant des cadences en hausse, les manchines de manchonnage travaillent avec des films plus fins et intègrent des modules de prédécoupe facilitant le recyclage des contenants. Dans le même temps, les tunnels de rétraction gagnent en efficacité énergétique.

 

Les tarifs de la contribution des entreprises au recyclage des emballages ménagers ont sensiblement évolué depuis le 1er janvier 2018. Parmi les changements, la possibilité d'un bonus de 8% (1) sur la contribution totale de l’unité de vente au consommateur (UVC) dans le cas de l'ajout d'une prédécoupe sur certains manchons en plastique. «Il s'agit de faciliter le «déshabillage» des contenants et leur recyclabilité : cette incitation va donc dans le bons sens», commente Sofiane Mameri, responsable marketing & communication de Sleever International, fournisseur de manchons thermo-rétractables (PET, OPS, LDPET...), d'applicateurs et de tunnels de rétraction. La société vient de dévoiler une nouvelle solution développée avec Tecma Aries pour sleever les pots injectés ou thermoformés, une fois qu’ils sont remplis (2).

D'un point de vue technique, l’intégration d’une pré-découpe ne pose aucun problème. «Les prédécoupes sont réalisables soit en amont du process, lors de l'impression du film, soit en aval, sur l'équipement de pose et de rétreint». Bien que Sleever International offre cette possibilité à tous ses clients depuis plus de 30 ans, l'essentiel de la demande venait jusqu'à présent de quelques pays asiatiques sensibilisés au recyclage, Japon en tête.

Une sensibilisation que Sofiane Mameri craint précisément de ne pas retrouver suffisamment en France. «Avec les microperforations, on part du principe que le consommateur fera le bon geste : peut-être est-ce compter un peu trop sur sa conscience écologique…». C'est pourquoi, pour les bouteilles de boissons alimentaires, Sleever International propose depuis quelques années l'utilisation de sleeves en PET basse densité dotés d'une formulation compatible avec les méthodes de tri optique des plastiques. Pour séparer les manchons LDPET (ainsi que leurs encres) des bouteilles PET destinées au recyclage, il suffit de récupérer les premiers sous forme de copeaux flottant à la surface des bassins de décantation, le PET des bouteilles coulant, quant à lui, au fond des bacs.

Les sleeves LDPET réclament toutefois une mise en œuvre légèrement différente de celle des sleeves en PET standard. Le fabricant a donc mis au point une machine monobloc dédiée, la Combisteam®-LDPET, conçue pour l’habillage total ou partiel des bouteilles (20 cl à 2 l) avec des cadences de 15 000/h à 30 000/h. «En assurant les fonctions de pose et de rétreint vapeur sur le même châssis, cet équipement est probablement le plus compact du marché, et l’un des plus économes puisqu’il ne consomme que 150 kg de vapeur/heure au lieu de 400 kg précédemment» précise Sofiane Mameri.

 

 

 

Sleeving reduces its ecological footprint
- With low density films and special inks, Sleever International's Combisteam®-LDPET solution enables recycling centers to quickly separate heat-shrinkable sleeves from the PET bottle, which can be 100% recycled. This monobloc machine (applicator + tunnel) saves 40% of floor space and 50 to 60% of energy consumption compared to traditional solutions.
- The Karlville Sleevepro 800 (up to 800 bottles per minute) offers fast format changes (approximately 15 minutes), intelligent fault detection systems and IP connectivity.
- Ranging up to 600 bottles per minute, the PDC R-400 operates with smooth, continuous motion that reduces vibration and allows the use of thinner films. This machine can realize a complete or partial decoration as well as bunding.

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°626 - Mars 2018