N° 655 - Machines&Technologies - Cosmétique/Dossier


 

 

 

Remplisseuses : de nouveaux modèles pour un gain de services
Si les procédés sont matures sur le plan technique, de nouveaux modèles continuent d’être proposés aux clients, avec des innovations ou des optimisations sur des éléments périphériques ou des augmentations de production.

 

Disons le tout de go : l’acte de remplir des contenants cosmétiques, comme dans les autres secteurs d’ailleurs, est une tâche mature technologiquement. «Il n’y a pas beaucoup d’évolutions récentes sur cette tâche de remplissage. Les principales techniques de dosage dominant le marché sont le système volumétrique, débitmétrique et pondéral. Dans certains domaines comme le parfum, on nous demande également de faire du remplissage à niveau», note Patrice Dincq, Directeur commercial d’Optima Packaging Group. Pourtant, de nouveaux modèles font régulièrement leur apparition chez les fabricants, qui proposent des innovations ou des optimisations sur des éléments périphériques ou des augmentations de production. C’est le cas justement le cas d’Optima, qui a élaboré pour un client spécifique, voilà un an et demi, une version haute cadence pour des pots de crème de sa Moduline. Cette remplisseuse est spécifiquement dédiée au secteur cosmétique pour produits liquides, pâteux ou en poudre. «Alors que le modèle standard tourne à 120 ppm, cette machine est capable d’avoir une cadence de 180 ppm, ce qui est rare pour une machine linéaire. Dès qu’on dépasse les 150 ppm, on s’oriente alors vers des remplisseuses en continu», explique Patrick Dincq. «Pour cela, nous utilisons quatre pompes de dosage, sachant que ce dernier chiffre est lié au nombre de têtes de dépose des opercules aluminium et capots, et non pas à la capacité de dosage des pompes qui, elle, est plus rapide».

 

Autre particularité de cette version : le convoyage est magnétique et non à pas de pèlerin, ce qui permet de limiter le nombre de godets circulants sur la ligne (les pots étant placés dans des godets de transport avant la remplisseuse) et d’augmenter la vitesse de leur déplacement. Comme avec la Moduline classique, le mouvement des becs et de la vitesse de remplissage est librement programmable. La station de remplissage est sur chariot pour un changement rapide et un nettoyage hors ligne. Bien que réalisé pour un client spécifique, cette Moduline à 180 ppm peut être mise en place pour l’ensemble des clients d’Optima.

 

Autre innovation, cette fois sur la version 120 ppm de la Moduline : un système amélioré du nettoyage de la machine. «Lorsque nous réalisons des machines avec nettoyage en place, nous essayons de minimiser la consommation d’eau avec des systèmes de recirculation pour lavage.

 

Quant au chauffage de l’eau à plus de 80°C pour la désinfection, nous pouvons désormais le faire au pied de la machine avec un bac et des résistances. Cette méthode permet d’utiliser moins d’eau et d’éviter les pertes de chaleur. Souvent, l’eau est chauffée dans un local à plusieurs dizaines de mètres de la machine», indique Patrice Dincq. «Toujours dans le cadre du nettoyage, pour un client en dermo-cosmétique, Optima a mis au niveau des becs de dosage en développant un nouveau système de joint de manière à en faciliter le nettoyage. Le client voulait un procédé qui se rapproche plus de la pharmacie que de la cosmétique. C’est d’ailleurs une tendance de plus en plus importante dans le secteur».

 

 

 

 

 

 

 

Cosmetic fillers: new models for more services
While the processes are technically mature, new models continue to be offered to customers, focusing on innovations or optimizations on peripheral elements or production increases. Questions of precision or conveying are in the foreground.

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°656 - Mars 2021