N° 616 - Machines&Technologies - Parfumerie&cosmétique/Dossier

 

 

L’impression numérique dans la cour des grands
En offrant la possibilité de réaliser à moindre coût des tirages courts et facilement personnalisables, le numérique révolutionne le marché de l'emballage, tant dans l'impression que dans l'ennoblissement.

 

Les atouts des procédés numériques pour l'impression et l'ennoblissement des emballages cosmétiques paraissent désormais si déterminants qu'il devient difficile de s'en passer. «Les imprimeurs et cartonniers équipés de presses digitales ne connaissent pas les soucis de rentabilité de certains de leurs confrères restés exclusivement sur l'offset et, de ce fait, sur les forts tirages» observe Claire Virazels, responsable du programme digital packaging de Xeroxpour l'Europe. Pour cette spécialiste de l'impression, le numérique profite d'une évolution qu'en retour il amplifie sur le marché des cosmétiques, de plus en plus favorable aux produits spécialisés. «En fin de compte, les marques ont tendance à passer des commandes d'emballages plus petites mais plus fréquentes, et cela à la dernière minute car elles veulent pouvoir changer de design plus souvent et ne plus constituer de stocks. Seuls les imprimeurs passés au numérique disposent à la fois de la réactivité et du modèle économique indispensables pour ce type de travaux».
Représentée par les presses iGen, l'offre de Xerox en matière d'impression numérique des emballages en carton plié a été enrichie, il y a un peu plus d'un an, par l'iGen5 qui se distingue notamment par l'étendue de sa gamme de couleurs. «Grâce à l'ajout d'une cinquième station, elle imprime non seulement les quatre couleurs traditionnelles CMJN (cyan, magenta, jaune et noir) mais aussi l'orange, le bleu ou le vert, de façon à respecter très précisément les exigences du client. Et il est possible d'ajouter un toner clair pour obtenir certains effets spéciaux». Claire Virazels précise que les modèles iGen s'intègrent en fait à des «solutions d'emballage automatisées» qui, au-delà des presses, comprennent des unités de vernissage UV et/ou aqueux (développées en partenariat avec Epic ou Tresu) ainsi que des unités de découpe (conçues par Kama). «Une ligne de ce type, gérable par un seul opérateur, offre énormément de possibilités techniques : rainage, embossage, dorure à chaud, hologrammes anti-contrefaçon, etc., le tout 100% en ligne. Si nécessaire, la sérialisation est réalisable au cours du même tirage, à moindre coût, grâce à un logiciel supplémentaire».

 

 

Digital revolution both in printing and in finishing
The iGen5 from Xerox is the first machine in the iGen range to offer a fifth colour option alongside CMYK. The optional fifth colours are orange, blue or green.
Mimaki's UJF-3042/6042MkII flatbed UV-curable inkjet printers offer direct printing on objects of up to 153 mm in thickness (A3 or A2 sizes) with an approximately 20% faster print speed than with conventional models.
The JETvarnish 3D Evo and JETvarnish 3DWeb (picture), both from MGI, make it possible to produce selective UV varnish with or without relief, hot foiling and printing of holograms. The first one addresses the cardboard and packaging market, while the second one ennobles coils previously printed in offset, flexo, silkscreen and digital toner or inkjet.

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°616 - Mars 2017