N° 636 - Machines&Technologies - Pharmacie/dossier

 

 

Quelle priorité pour la sérialisation ?
Depuis le 9 février, les médicaments soumis à prescription vendus dans l’Union européenne doivent être marqués par les laboratoires pharmaceutiques. Mais il est encore temps pour les industriels d’améliorer les systèmes proposés par les spécialistes du "Track & trace".

 

Tout s’est bien passé ! Tel est le message que les spécialistes du «Track & Trace» semblaient vouloir faire passer dans les travées du salon Pharmapack (5 et 6 février, Paris), à quelques jours de l’entrée en vigueur de textes obligeant les fabricants à procéder à la sérialisation des médicaments soumis à prescription au sein de l’Union européenne. Conséquence de la publication au Journal officiel de l’UE des actes délégués relatifs à la directive sur les médicaments falsifiés (2011/62/UE), la mise en œuvre de ce procédé de marquage réalisé à partir d’un code datamatrix comprenant un numéro de lot, un de commerce international et une date de péremption, vise à s’assurer de l’authenticité des produits vendus. «Pour autant que je sache, tout le monde est prêt, même s’il peut y avoir certaines lignes qui n’ont pas encore été adaptées. Et très peu d’entreprises ont réalisé le choix d’un système dans la précipitation et seulement à partir du critère du prix» estime Remi Turbet, responsable de compte d’AntaresVison, société italienne spécialisée à l’origine dans le contrôle qualité et qui a créé une activité sérialisation depuis 10 ans.

 

 

 

What priority for serialization ?
Since 9 February, prescription drugs sold in the European Union must be marked by pharmaceutical companies. But there is still time for the industrialists to improve the systems proposed by the Track & Trace specialists.

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°636 - Mars 2019