N° 653/654 - Machines&Technologies - Matériaux/Show room


 

 

 

Un emballage résistant aux virus
Une récente étude DS Smith menée avec Ipsos MORI souligne l’importance que les consommateurs français accordent désormais aux emballages pour des raisons d’hygiène. En France, six consommateurs sur dix affirment désormais se laver soigneusement les mains après avoir touché des produits alimentaires et ménagers emballés. En outre, 37% d’entre eux déclarent jeter les emballages plus rapidement qu’avant après les avoir manipulés. Pour répondre à cette nouvelle tendance, DS Smith, en partenariat avec Touchguard®, lance une nouvelle gamme d'emballages antimicrobiens en carton ondulé recyclable, afin de prévenir au mieux la propagation de virus et d’offrir une sécurité supplémentaire aux consommateurs. La nouvelle technologie brevetée à base d’argent est efficace contre les bactéries et les virus, y compris contre les enveloppes virales dont celle de la Covid-19 (1). Elle agit efficacement sur l’enveloppe virale du coronavirus en empêchant le virus de se multiplier, atténuant ainsi fortement le risque de propagation entre les individus. De la même manière, ces nouveaux emballages antimicrobiens durables permettent d’éliminer les risques de transmission d’infections telles que le SARM et l’E. Coli. «La technologie Touchguard®, apporte une protection supplémentaire à nos clients ainsi qu’à leurs consommateurs tout au long de la chaîne d'approvisionnement, même si elle ne remplace pas les gestes barrières et les précautions d’usage. Ces nouveaux emballages sont 100% recyclables et permettent de préserver la durabilité de nos produits», commente Yann Blanc, Directeur Commercial Marketing et Innovation de DS Smith Packaging France. La gamme trouve sa place en e-commerce et au rayon alimentaire. Le revêtement et l'emballage Touchguard sont certifiés AATCC100 (MOD), ISO18184:2019 (MOD) et sont également conformes aux recommandations BfR36 relatives aux matériaux en contact avec les aliments.

 

(1) A noter : Ce produit a été testé sur le coronavirus félin, faisant partie de la même famille que la Covid-19.

 

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°653-654 - Décembre 2020/Janvier 2021