N° 633 - Machines&Technologies - Matériaux/Show room


 

 

Le PEF, un matériau de l’économie circulaire en devenir
Le PEF est un nouveau polymère de la famille des polyesters, utilisable pour les emballages rigides et souples, comme l’a été présenté ce nouveau matériau lors d’une conférence organisée par Citeo Prospective. «Ses qualités sont prometteuses. D’une part, pour ses fonctionnalités comme matériau d'emballage et d’autre part, pour sa capacité à être 100% biosourcé» a expliqué la société Synvina qui a constitué avec Avantium et BASF un projet industriel, le chimiste apportant son engineering et une partie des fonds.

 

La commercialisation de ce plastique polyéthylène furanoate est prévue pour 2023/2024. Le site, situé à Antwerp en Belgique, produirait 50 000 tonnes. Le matériau est issu de matières agricoles telles que le blé, le maïs (amidon…), la betterave. Pour 50 000 tonnes de matériau, il faut cultiver 30 000 ha, ce qui représente moins de 1% de la surface agricole en France. Le matériau présente de nombreuses fonctionnalités qui répondent aux tendances que recherchent les industriels. Comparé à d’autres matériaux et en particulier au PET, il nécessite moins de couches supplémentaires dans le cas de production de bouteilles (celles produites en phase test étaient cependant de petites tailles). également dans le cas de films complexes, ce qui réduit la structure du film et simplifie l’emballage. Il offre un niveau de perméabilité à l’oxygène et à l’humidité supérieur au PET. Et permet le remplissage à chaud.

 

Des tests de recyclage ont été réalisés dans des sites de petites tailles. Si, pour l’instant, il n’est pas reconnu par les machines existantes, les équiper de capteurs ne devrait pas poser de problèmes pour l’identifier, estime la société. Concernant le process, à ce jour, des essais ont été réalisés en injection.

 

Si le PEF, selon les experts, se présente comme une solution écologique et pouvant réduire la complexité et le poids de l’emballage, il lui reste à faire ses preuves sur des échelles plus grandes. Entre les tests, le pilote à plus grande échelle, le temps joue pour lui… Plus de cinq ans avant les premières commercialisations, si tout se déroule comme annoncé.

 

 

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°633 - Novembre 2018