N° 621 - Packaging - Actualité

 

 

 

Le «Tri 5 flux» dans les entreprises
Les producteurs et détenteurs de déchets (entreprises, commerces et administrations) qui sont collectés par un prestataire privé ou par le service public, et qui génèrent plus de 1100 litres/semaine de déchets (tous déchets confondus) seuls ou à plusieurs sur une même implantation (par exemple une galerie commerciale ou un immeuble tertiaire), doivent séparer le papier/carton, le métal, le plastique, le verre et le bois du reste de leurs déchets. Ces 5 flux peuvent être entreposés et collectés soit séparément les uns des autres, soit tout ou en partie en mélange entre eux.

 

Les tonnages concernés sont significatifs et constituent un enjeu majeur dans l’atteinte des objectifs de 65% de valorisation des déchets non dangereux et de réduction de 50% de la mise en décharge à l’horizon 2025 de la loi de Transition énergétique pour la croissance verte.
La mise en place du «Tri 5 flux» est l’occasion pour les acteurs économiques et les administrations d’optimiser leur politique de recyclage et de valorisation de matières, selon l’Ademe qui les accompagne dans cette démarche.

 

65 millions de tonnes de déchets d’activités économiques en 2012 (y compris les déchets des collectivités) en France dont :
• 28 millions déjà triés sur les 5 flux
• 20 millions en mélange dont une partie qui peut être recyclée demain

Le taux de recyclage est multiplié par 3 avec un tri adapté. Une tonne de plastique recyclé permet d’économiser 3 tonnes d’eq. CO2 et 5,2 mètres cubes d’eau par rapport à la fabrication d’une tonne de plastique vierge, indique l’Ademe.

 

Le «Tri 5 flux» est également l’occasion pour les entreprises de faire un état des lieux de leur production de déchets afin d’en optimiser la gestion et de réfléchir à comment les réduire. «En ce qui concerne les emballages, il faut penser aux emballages navettes*, au vrac ou encore aux gros contenants afin de les réduire au maximum. Les palettes et les cartons fournisseurs peuvent être réemployés pour emballer ses propres produits» précise l’Ademe.

 

* Emballage effectuant plusieurs rotations entre 2 points. L’emballage est de ce fait réutilisé avant d’être valorisé en fin de vie.