N° 628 - Packaging - Actualité

 


 


Les matières recyclées dans l’emballage
L‘Ademe vient de publier sous le titre Déchets-Chiffres-clés -2017, un document de 96 pages qui dresse le bilan (avec de nombreux graphiques) des déchets de nombreux secteurs dont celui des emballages. Nous présentons un extrait centré davantage sur les matières recyclées.

 

En 2015, les filières REP mises en place en France portent sur un gisement de déchets de 15,5 millions de tonnes, incluant des déchets ménagers et non ménagers. Les gisements les plus importants concernent la filière des emballages ménagers avec 4,9 millions de tonnes, suivie de celle des papiers graphiques, ménagers et assimilés, qui porte sur 3,2 millions de tonnes.
Promu par l’OCDE (Organisation pour la coopération et le développement économiques) dans les années 1990, le concept de Responsabilité élargie du producteur (REP) est basé sur le principe selon lequel le producteur d’un produit est responsable de ce produit tout au long de son cycle de vie. Un des objectifs est d’internaliser les coûts environnementaux dans le prix des produits neufs, notamment les coûts de collecte, de recyclage et de traitement. Cela doit également inciter le producteur à prendre en compte les aspects environnementaux dès la conception des produits afin de prévenir la production de déchets à la source et d’en faciliter le recyclage, précise l’Ademe.

 

Matières recyclées post-consommation et chutes de fabrication
Les matériaux recyclés proviennent soit des déchets post-consommation, soit des chutes de fabrication, ces dernières étant les plus faciles à réintroduire dans un process de production. L’incorporation de matériaux recyclés dans la production industrielle est un des piliers de l’économie circulaire.

 

Selon les matériaux, l’utilisation des déchets post-consommation demande des opérations plus ou moins importantes à l’issue du tri (et éventuellement du broyage). L’éco-conception a, parmi ses objectifs, de faciliter les opérations de récupération des matériaux, souligne l’Ademe. Elles sont généralement réalisées par les industries utilisatrices des matériaux de recyclage, comme dans le cas du verre ou du carton. Le recyclage du plastique se distingue par une filière spécifique de recyclage, permettant de passer des plastiques triés et broyés à des granulés incorporables par les plasturgistes.

 

En 2014, la France incorpore 17,5 millions de tonnes de matières recyclées dans ses processus de fabrication, hors bois et granulats du BTP. Ces quantités peuvent sembler réduites au regard de la consommation de matières premières (793 millions de tonnes), mais elles sont primordiales dans l’approvisionnement de certaines matières premières. Le taux d’utilisation du verre recyclé est de 58%, celui du papier-carton de 66%. En revanche, l’utilisation du plastique recyclé se heurte à des freins à la fois technologiques et économiques. Ainsi le taux d’utilisation du plastique n’atteint que 6%.

 

Filières REP et recyclage
Les filières REP fournissent 7 millions de tonnes de matériaux recyclables (y compris la réutilisation) en 2015. Les déchets d’emballages ménagers sont les principaux fournisseurs de matériaux recyclables, avec 3,3 millions de tonnes.