N° 618 - Packaging - Actualité

 

 

 

 

Rachat de Covepa Michels par son management
Covepa-Michels passe sous le contrôle de son directeur général, Philippe Desveronnières, qui rachète l’entreprise. Celui-ci réalise l’opération avec un membre de sa famille, Claire Auzenet, directrice administrative et financière, et Camille Viot de CVi Performance Management. Ce rachat est présenté comme le départ du projet d'entreprise CAP 2020 qui vise, dans un premier temps à développer le site de Châteauroux, puis par le biais d'acquisitions, à consolider les positions de la société sur le marché français, indique la direction.

 

 

Rapprochement en Tunisie entre le groupe UTIC et Mayr-Melnhof Packaging
En Tunisie, le groupe UTIC-Ulysse Trading & Industrial Companies, qui compte six pôles d'activité dont un dans l’emballage, s’est rapproché du groupe autrichien Mayr-Melnhof Packaging pour les activités d’emballage en carton. Ce partenariat, matérialisé à travers la fusion de sa filiale Société Tunisienne des Emballages Modernes avec les filiales du groupe MMP en Tunisie (TEC MMP et MMP Tunisie), a pour objectif principal de favoriser les synergies industrielles, commerciales et administratives entre les trois entités, et de permettre à l’ensemble un meilleur développement futur sur le marché tunisien et en Afrique du Nord.

 

 

Danone soutient la start-up Lemon Aide 
En avril dernier, les différents partenaires de Lemon Aide se sont rassemblés pour le lancement de cette start-up qui développe des machines de tri et forme au recyclage des personnes éloignées du marché de l’emploi. Sa démarche sociale et environnementale, qui associe recyclage et insertion professionnelle, est le fruit d’un partenariat entre une start-up spécialisée dans le recyclage (Lemon Tri), une fondation engagée contre l’exclusion (Face), et le groupe (Danone général) qui lui apporte une enveloppe de 700 000 E sur trois ans en provenance de son Fonds pour l’Ecosystème crée en 2009.
«L’objectif est de recycler 70% des bouteilles en plastique d’ici à 2020» indique Cécile Béliot Zind, directrice générale de Danone Eaux France qui précise que «50% le sont actuellement en France, leur collecte étant insuffisante».
Pour inciter les consommateurs au geste de tri, Lemon Tri a développé plusieurs types de machines, toutes conçues sur le même principe. Elles acceptent toutes les bouteilles en plastique mais aussi les cannettes en métal. Elles reconnaissent les déchets non recyclables, et sont capables de les refuser. Certaines machines compactent en plus les contenants collectés. Pour Lemon Tri, «ces machines améliorent la chaîne logistique et sont un gain de temps car les emballages sont déjà triés».
Ces collecteurs sont adaptés à leur environnement. Ainsi, une machine placée dans une entreprise offre un jeton au salarié en échange des emballages collectés. Avec une machine installée en GMS, c’est un système de cumul de points qui est mis en place pour les consommateurs rapportant leurs bouteilles. Ils peuvent choisir entre un bon d’achat à utiliser dans le magasin où est installée la machine, ou reverser leurs points sous forme de dons à une association.
Lemon Tri se finance grâce aux bouteilles collectées qu’elle récupère des machines, qui sont gratuites pour les grandes surfaces. Selon la surface des lieux où elles sont installées, la start-up peut tabler entre 600 et 2000 bouteilles collectées par jour.
Aujourd’hui, les 250 machines qui sont déployées en France ont «compatibilisé» plus de 8 millions de gestes de tri et collecté 180 tonnes de bouteilles PET. Pour Augustin Jaclin, co-fondateur de la start-up, «il reste des progrès à faire dans l’emballage. Mais il faut aborder le recyclage de manière positive». En effet, d’ici à 2030 en France, le recyclage pourrait créer 400 000 emplois locaux dans l’économie circulaire.
Du côté de Danone, une nouvelle politique a été mise en place, explique Jean-Christophe Meugé, directeur général du Fonds Danone Ecosystème. Quatre objectifs sont notamment cités : réduire le poids des emballages, n’avoir aucun déchet des sites industriels en décharge ouverte, inciter les consommateurs à recycler, et co-créer une seconde vie au packaging.
Lemon Aide a déjà engagé six salariés en insertion professionnelle. Pendant six mois, avec le parcours d’accompagnement de Lemon Aide, ils ont été formés aux métiers de logistique du recyclage. Appelés les «Lemon-Aiders», ils ont collecté et mis en filière 3 millions de bouteilles plastiques, et 200 000 cannettes en métal issues des machines Lemon Tri.

 

 

European packaging companies’ limited organic EBITDA growth will be enhanced
Moody’s report discusses European packaging companies’ profitability over the remainder of 2017. The report covers names such as Albea, Ardagh, Bormioli, Constantia, Gerresheimer, Guala Closures, Klockner, Schoeller, SIG, Taghleef and Verallia. The author of the report says :
“Rated European packaging companies’ profitability will grow 3.5% on average in 2017 as cost savings, new product development and ongoing M&A offset the drag created by flat-lining consumer demand and fierce pricing competition. Standouts include Ireland’s Ardagh Packaging Group Ltd and Germany’s Gerresheimer AG, with double the expected earnings growth of their peers at 7% and 8%, respectively, in 2017. EBITDA margins across the sector will top 19% on average by end-2018”.
“We expect rated European non-paper packaging companies' EBITDA growth to average around 3.5% in 2017. Cost reduction measures, new product development and synergies from bolt-on acquisitions will be the main drivers, with Ardagh Packaging Group Ltd (Ardagh, B2 stable) and Gerresheimer AG (Baa3 negative) likely to exhibit EBITDA growth rates of around double the average for the year. Producers of commoditised packaging products will continue to benefit from cost reduction measures and efficiencies being implemented, while the introduction of new value-added products will also help companies to offset the effects of largely flat consumer demand and a competitive pricing environment. We project that the rated companies' Moody's-adjusted EBITDA margins will rise to slightly above 19% on average by 2018, said Moody’s.
- Despite volatility, emerging markets still present medium-term, top-line growth prospects. SIG Combibloc Holdings S.C.A. (SIG, B2 stable) and Guala Closures S.p.A. (B2 stable) are better positioned to benefit because of their higher exposures. While most rated European non-paper packaging companies are experiencing very low or no revenue growth in mature western markets, the picture in emerging markets is more varied with volatile growth rates across their operations. Growth rates in packaging tend to outpace GDP growth in emerging markets, where a disproportionately high share of increases in standards of living are typically used to buy packaged everyday necessities. However, growth in these regions is affected by local economic factors.
- We expect M&A activity over the next 12-18 months to be in line with last year's high volumes. Consolidation will continue particularly in Europe, which is a significantly more fragmented market than in the US. Equity sponsors and trade buyers will be attracted by the stable end markets supplied into by packaging companies, which results in predictable revenues and cash flows.
- Significant volatility in raw material or energy prices would hurt packaging companies, but debt repricings would soften the blow. We expect the favourable raw material and energy price environment enjoyed by packaging companies to reverse in 2017 and increase gradually towards higher historic levels. Nearly all rated European packaging companies have repriced their debt in the last 12 months, which has improved liquidity and could cushion the effects of increasing input costs. However, companies without a material proportion of cost pass-through mechanisms in place and/or with weak liquidity would suffer in the event of sudden rises in costs, reports Moody’s.