SteelForPackaging
   
N° 641 - Packaging - Actualité

 

 

 

 

Sidel acquiert Comep et consolide son offre
Fournisseur de solutions et de services de conditionnement des boissons, produits alimentaires et d’hygiène en PET, cannette, verre et autres matériaux, Sidel annonce l’acquisition du producteur français Cognac Moules Emballages Plastiques (Comep). Son cœur d’activité réside dans la conception et la production de moules pour les bouteilles PET, et vient renforcer les compétences de Sidel en matière de moules et d’outillages. Avec plus de 4 000 moules produits par an partout dans le monde, Comep «dispose de savoir-faire complémentaires à notre activité, nous permettant donc d’accroître nos opportunités commerciales, et pour nos clients, de répondre concrètement à leurs besoins», souligne Pavel Shevchuk, Vice-président exécutif de Sidel.
Comep et Sidel poursuivront normalement leurs activités respectives, tout en proposant un éventail complet de services de conditionnement pour les sociétés d’embouteillage en PET. Avec ses 60 employés, Comep formera une entité autonome au sein du groupe Sidel, dédiée à la commercialisation d’outillages et de moules.

 

 

 

 

Saudi Arabia’s pharmaceutical market expected to grow
According to the latest IQVIA Market Prognosis - Saudi Arabia report, the Kingdom’s pharmaceutical market is expected to grow at a Compound Annual Growth Rate (CAGR) of 5.5% until 2023 to reach $10.74 billion (SR40.1 billion).
Cara Turner, Brand Director — Pharma, Informa Markets, the organizers of the CPhI Middle East and Africa exhibition, said: “Saudi Arabia is one of the largest pharmaceutical markets in the Middle East, and its expansion over recent years can be attributed to a growing population, an increase in non-communicable diseases and strong state support for health services, with major government investment in new hospitals and clinics”.
According to UN figures, Saudi Arabia’s population stands at an estimated 34 million, 32% of which are under 14 years and is growing at around 2% annually. Life expectancy has increased from 69 years in 1990 to over 75 years today.
Saudi Arabia covers 2.15 million sq. km and Riyadh and Jeddah are home to 6.5 and four million residents respectively, almost a third of the entire population, creating their own unique healthcare dynamics. This is in sharp contrast to over 12 million Saudis who live in isolated or sparsely populated areas, challenging consistent healthcare delivery.
In addition, the rise in non-communicable diseases such as cardiovascular diseases, cancer, chronic respiratory disease, diabetes and obesity, which tend to require long-term treatment and medication. Many of these diseases are a consequence of poor lifestyle choices, but alarmingly over 35,000 children have been diagnoses with Type 1 diabetes placing the Kingdom in the top four countries worldwide in terms of incidence.
“To address these issues, in 2019 alone, the Saudi government introduced a 17% increase ($45.86 billion) in funds allocated for spending on health and social development — with approximately $12.72 billion earmarked for spending on healthcare projects directly linked to Saudi’s Vision 2030,” added Turner.
At present pharmaceuticals manufactured overseas continue to account for the majority of the market – with around just 20% of the drugs consumed in the country made locally. The government, conscious of the growing costs of imported pharmaceuticals, along with the MoH and other health service providers has implemented long-term development strategies in a bid to promote local medicines. Turner said: “Under the National Transformation Programme (NTP), the kingdom is working to boost the proportion of local manufacturing in the pharma-sector to approximately 40% by the end of 2020. While, the Ministry of Health (MoH) has been tasked with further localising the industry, both in terms of sources and in employment.”

 

 

Nouveaux président et challenges pour FPE
Lors de la dernière assemblée générale de Flexibles Packaging Europe (FPE) à Amsterdam, Alexander Baumgartner, Pdg de Constantia Flexibles, a été élu à l’unanimité au poste de président de l’organisation. Dans son premier discours en tant que président, Baumgartner a réaffirmé l’objectif de FPE : devenir une voix unique faisant autorité pour l’industrie européenne et mondiale ; dont les priorités portent sur la sécurité alimentaire, le gaspillage, et la durabilité. Alexander Baumgartner succède à Gérard Blatrix, d’Amcor, qui a enchaîné deux mandats et a participé activement au développement des emballages souples au sein du secteur packaging. Rappelons que la consommation de ceux-ci en Europe a augmenté de 2% en 2018, pour atteindre près de 14,5 milliards d’euros. L’Europe de l’Ouest a enregistré une croissance modeste de 1,8%, tandis que celle de l’Est a été plus marquée (3%). Parmi cette production, 10% seulement est consommée en dehors de l’Europe, rappelle l’analyse de marché réalisée par Wood Mackenzie Chemicals.

 

 

Nouvelle direction chez Ondulys
La filiale France du groupe VPK annonce l’arrivée au poste de Directeur Général de Philippe Tran. Agé de 43 ans, l’ancien Directeur Commercial chez Tetra Pak est diplômé de l’Ecole des Mines de Saint-Etienne. Il a entamé sa carrière professionnelle au sein du groupe Pechiney en stratégie et Lean Manufacturing avant de bifurquer vers le packaging, cosmétique d’abord chez Alcan Packaging puis alimentaire chez Amcor Flexibles. Il aura en charge la gestion de dix sites de production et des 980 salariés associés d’Ondulys, spécialiste dans la fabrication du carton ondulé.

 

 

La conserve en métal : tendance et branchée ?
Véritable fleuron de l’industrie française, la conserve reste plébiscitée par 99,7% des foyers français. Légumes, poissons, viandes, plats cuisinés, autant d’applications différentes pour un seul et unique rayon, un marché qui représente 4 milliards d’euros à la fin 2018. En tout, ce sont 3 milliards de boîtes de conserves qui ont été produites en France en 2018, et parmi celles-ci, 80% d’entre elles sont en métal. L’Uppia, l’union interprofessionnelle pour la promotion des industries de la conserve appertisée, indique dans son rapport d’activité de l’année 2018 que la France reste le premier producteur européen de conserves. Pour soutenir la consommation de conserves en améliorant l’image du produit, l’Uppia s’est concentrée les deux dernières années à recentrer la communication en direction des 18/35 ans. Les résultats d’une étude OpinionWay démontrent l’efficacité de leur campagne, avec une note globale attribuée à la conserve par cette tranche de la population en hausse : de 6,5/10 à 6,9. Pour les prochaines années, l’union se focalisera sur la redynamisation et la valorisation du rayon conserve, jugés trop flous par les consommateurs, qui estiment qu’on ne voit pas les nouveautés, qu’on s’y repère mal, et que les produits se ressemblent. L’ambition de l’Uppia pour les trois prochaines années est ainsi de développer et amplifier sa communication sur les thématiques «alimentation durable» et économie circulaire», où l’emballage métallique et les technologies de l’appertisé sont légitimes. Car la conserve métallique est un exemple concret de l’économie circulaire, rappelle l’Uppia, avec une recyclabilité totale et permanente, et un taux de recyclage de plus de 80% en France, soit le plus fort taux en Europe.