N° 649 - Packaging - Actualité

 

 

 

 

Recyclage : Léko revient sur le devant de la scène
Agréé par l’Etat pour la gestion des emballages ménagers, l’éco-organisme Léko s’est doté d’un nouveau conseil d’administration composé d’entreprises engagées et décidées à donner un nouveau souffle à la filière. Alors que des difficultés financières avaient empêché l’éco-organisme de continuer son activité en 2018, le voici de retour avec son nouveau comité. Aux côtés des anciens membres (Lexmark, Olover, Recommerce, Printerre...), deux nouvelles sociétés ont rejoint Léko. Livingpackets, start-up française innovante qui repense le colis avec une «boîte intelligente» réutilisable, mettant un terme à l’usage unique et au gaspillage des emballages dans le secteur du e-commerce notamment. Et Club-Mate distributeur de boissons énergisantes naturelles dans des bouteilles en verre consignées et participe à relancer la consigne pour réemploi en France. Le conseil d’administration de Léko affirme aussi sa différence grâce aux experts des filières de la Responsabilité Élargie des Producteurs (REP) en France comme à l’international avec le groupe Reclay, sa filiale Valorie et le cabinet indépendant CFSP. Présidé par Laurent Berthuel, dirigeant de Printerre, Léko a pour mission de prévenir et agir en amont pour limiter l’impact sur l’environnement des produits et de la filière des emballages ménagers. Le réemploi des emballages est donc au cœur de l’action de l’éco-organisme : « Pour nous, l’emballage est bien plus qu’un moyen de protéger ou distribuer des produits, il peut être réemployé pour faciliter le retour d’objets ou d’équipements pour leur donner une seconde vie », indique Laurent Berthuel. Léko souhaite se mettre au service des producteurs, entreprises qui fabriquent, distribuent ou importent sur le marché français des produits emballés, afin de simplifier leur mise en conformité réglementaire. Pour leurs déclarations ou pour le calcul du montant d’une juste éco-participation, Léko soutiendra en toute transparence et en priorité ses futurs clients dont les pratiques seront les plus vertueuses et l’empreinte environnementale la plus faible. Conformément à sa stratégie initiale proposée lors de l’obtention de son agrément en 2017, et dans une nouvelle dynamique guidée par sa gouvernance et les nouveaux enjeux de l’économie circulaire, Léko a soumis aux pouvoirs publics un document de mise à jour de son agrément et accueille les producteurs qui souhaitent rejoindre ce nouvel élan.

 

 

 

Le polystyrène rêve d’une seconde vie dans l’alimentaire
Si aujourd’hui le recyclage mécanique du polystyrène (PS) est possible et même largement opérationnel, l’organisation professionnelle des fabricants de produits laitiers Syndifrais entend bien accentuer les recherches pour obtenir un PS recyclé apte au contact alimentaire. Différentes voies sont actuellement explorées, qu’elles soient mécaniques ou chimiques, et dans le cas de la dissolution, Syndifrais appuie le PS comme un matériau présentant l’avantage d’avoir une capacité de circularité «complète». Le projet R&D Recyqualipso a été lancé en 2019 par Valorplast et Syndifrais, avec le soutien financier et technique de Citeo et fait participer plusieurs partenaires (Amalur, Eslava, Total, Paccor, Coexpan, Cedap, Bobino, Storopack…). La première phase du projet a porté sur deux étapes cruciales du cycle de régénération du PS : d’abord améliorer les performances lors de l’étape du tri des déchets, afin d’isoler un gisement de PS d’une pureté suffisante avant la phase de recyclage proprement dite. La seconde étape a permis de tester différentes techniques de régénération du PS afin d’en optimiser la qualité, en vue d’un recyclage mécanique ou par dépolymérisation (chimique). Les premières conclusions du projet Recyqualipso seront dévoilées à l’automne 2020. Pour rappel, le PS est le matériau majoritairement utilisé pour emballer les produits laitiers frais, yaourts, desserts et crème fraîche (71%, contre 16% pour le PP, 8% pour le PEHD et 5% pour le PET). A noter que d’autres initiatives autour du PS sont en cours de déploiement. A l’instar de la SCS (Styrenics Circular Solutions), une plateforme paneuropéenne pour le recyclage du PS ou encore EPS Sure Life, un projet soutenu par la Commission européenne pour recycler le polystyrène expansé en PS à vocation alimentaire.