N° 626 - Packaging - Alimentaire/Tendances


 

 

 


Contre le gaspillage alimentaire : des sacs de congélation connectés
Parmi les lancements 2018 annoncés par Albal, un retient plus particulièrement l’attention avec son application «Foodsaver» pour smartphone. L’appli est associée au sac congélation Ultra-Zip Albal sur lequel figure un code unique. Il suffit de choisir l’aliment à congeler et d’entrer ce code, la date et mettre le produit au congélateur. Si l’aliment n’a pas été décongelé dans le temps optimal de conservation, «Foodsaver» envoie une alerte sur le smartphone de l’utilisateur.
Avec cette solution, la marque a pour objectif d’accompagner les consommateurs dans la gestion des aliments qu’ils congèlent : que puis-je congeler ? Comment ? Pendant combien de temps ?… Et par répercussion, de contribuer aussi à réduire le gaspillage alimentaire.
L’Appli devrait être disponible en juin.
Albal va également proposer un nouveau site internet centré sur l’expérience consommateur, qui sera invité à partager la sienne, et la cuisine avec des recettes, trucs et astuces qui seront publiées. Il sera déployé en mai.



 

La barquette K-MIL injectée avec étiquette IML recyclable
Au salon CFIA Rennes qui s’est tenu récemment, Knauf Industries a présenté son nouveau Koncept, K-MIL. Il s’agit d’une barquette injectée lisse, rigide et robuste avec une étiquette IML qui peut être mise recto-verso. Ce qui offre une surface de communication importante, à la fois pour porter les mentions légales et obligatoires mais aussi la communication produit que la marque souhaite apporter au consommateur puisqu’elle laisse ainsi plus de visibilité au produit conditionné. La barquette, qui apporte ainsi une réelle différenciation avec l’étiquette IML, est 100% mono-matériau, indique le fabricant. Ce qui dans le contexte actuel répond pleinement aux objectifs de la Feuille de route Economie circulaire qui veut des emballages 100% recyclables d’ici 2025. Un argument qui s’ajoute à celui d’une réduction d’un suremballage (fourreau…).
La barquette est destinée aux produits frais ou cuits, et convient notamment à la volaille. Elle se prête à un conditionnement optimal en libre-service type UVC.
La barquette K-MIL est operculable, et compatible avec le procédé skin ou le conditionnement sous atmosphère protectrice. Elle est personnalisable par sa couleur et déclinable en tous formats.

 

 

Veolia propose du rPEhd apte au contact alimentaire
Acteur du recyclage, Veolia qui compte de nombreuses installations de tri et de transformation du plastique collecté, évalue en Europe la demande en plastique à 49 millions de tonnes (2015), avec en tête l’Allemagne (24,6%), l’Italie (14,3%) et la France (9,6%). 79% de la demande est concentrée dans 8 pays.
Avec la progression de réduire les impacts environnements et l’engagement des sociétés dans une économie circulaire, le marché du recyclage devrait quasiment doubler d’ici 2025, estime le groupe. De 13% en 2015, la matière recyclée devrait atteindre 20% en 2025, tandis que la matière vierge passera de 89% à 80% au cours de cette même période.
Le secteur de l’emballage notamment est le plus important consommateur de plastiques dans le monde. Il représente entre 25% et 30% de la demande selon les pays, et quasiment 40% de la demande pour l’Europe. Il est suivi de près par le secteur de la construction et l’industrie automobile.
Dans ce contexte, Veolia veut structurer une filière industrielle de recyclage des plastiques pour offrir une alternative à la matière vierge.
Parmi les six usines de transformation qu’il possède en Europe, le groupe, présent au Royaume-Uni, propose du rPEHD, apte au contact alimentaire. Et au Pays-Bas, il recycle le PP.
De l’autre côté de la Manche, le site de Rainham qui réceptionne 56 000 tonnes de bouteilles en plastique en mélange les trie selon les grades : PET, PP, PEHD notamment. Il livre ce dernier au site de Dagenham qui réceptionne du PEHD en provenance de d’autres sources. Avec une capacité annuelle, le site recycle ce matériau et produit du rPEHD apte contact alimentaire. Un grade qu’il revend aux embouteilleurs.
Au Pays-Bas, le groupe traite avec le site de Vroomshoop, 29000 tonnes de polypropylène (PP) dont 2800 tonnes en provenance du Royaume-Uni et 1300 tonnes d’Allemagne. La capacité de l’usine devrait passer cette année à 45 000 tonnes de PP. Le PP recyclé, pour le moment, ne peut être utilisé pour un contact alimentaire. Il sert à la fabrication des aspirateurs de Philips.

 

 

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°626 - Mars 2018