N° 626 - Packaging - Focus

 

 

Le pot qui rêve du sleeve pour se distinguer en rayon
Tecma Aries, constructeur de machines fin de lignes d’emballages avec une large offre de lignes complètes, et Sleever International ont associé leurs compétences pour développer une solution en ligne qui assure le sleevage des pots thermoformés ou injectés. La Dreamoncup qui a reçu un Oscar de l’emballage à la dernière édition 2017 fait valoir de nombreux avantages.

 

Optimiser le TCO (1) et le time to market, manchonner les produits sans les abîmer, réduire l’empreinte carbone et la consommation d’énergie, favoriser la recyclabilité… Voici les atouts de la dreamoncup mis en avant par ses deux concepteurs, Tecma Aries et Sleever International.

Le concept consiste à habiller un pot (de yaourt par exemple) avec un sleeve pour différencier les produits ultra-frais en rayon. Un rayon en décroissance, aussi bien en Europe qu'en Amérique du Nord, due notamment à la baisse de natalité (ce sont surtout les jeunes enfants qui mangent des yaourts). Arrivé aussi à maturité, ce marché doit trouver de nouveaux moyens pour capter le consommateur. «Il faut réinventer une dynamique visuelle pour capter l'attention du consommateur» estiment les partenaires. Le concept intéresse aussi d’autres marchés.

C’est d’abord Tecma Aries qui rêve du process. Son patron, passionné de mécanique, conçoit une machine à petite échelle. Il a tout ce qu’il faut puisque la société possède son propre atelier de mécanique. Reste que le constructeur de machines n’est pas fabricant de manchon. Le hasard d’une réunion… on discute avec Sleever International… On ne rêve plus. On étudie, on avance, rapporte Pascal Laborde, directeur général de Tecma Aries qui trouve l’association des expertises valorisantes et plus rapides pour lancer une innovation sur le marché… On conçoit, on développe, on teste… et puis un jour on convie la presse… et on lève le rideau… au sens propre du terme sur un concept qui apporte plus de liberté et de la souplesse aux FFS «car on peut changer facilement de forme et de design». Un concept qui répond aussi aux problèmes du coût que représente l'immobilisation d'une machine dans une usine quand le produit qu'elle conditionne ne répond plus à la demande du marché, ajoute Pascal Laborde.

La machine Dreamoncup fonctionne à 43 000 pots/heure. Une cadence «qui correspond au standard des hautes cadences dans le milieu laitier».
La machine assure la pose et le retreint d’un sleeve thermo-rétractable sur un pot déjà rempli et operculé qu’il soit froid ou chaud (<à 50° (2). Ce qui revêt toute son importance car le contenu est ainsi préservé de toute manipulation et de tout risque de contamination qui pourrait nuire à sa qualité.

 


 

Extrait de l'article paru dans ED/N°626 - Mars 2018