N° 636 - Packaging - Focus



 



McDonald’s France : faire plus et mieux avec moins… d’emballages…
Avec près de 2 millions de repas servis par jour dans ses 1450 restaurants, McDonald’s France doit faire des efforts écologiques comme tous les autres fast-food, suite au rappel à l’ordre adressé par la Secrétaire d’état à la Transition écologique et solidaire Brune Poirson pour la mauvaise gestion de leurs déchets. Nous avons rencontré la responsable Développement Durable de McDonald’s France qui nous a donné son point de vue quant à la convocation au Ministère (voir encadré). Elle nous a aussi détaillé les objectifs de McDonald’s en termes de développement durable.

 

Engagé depuis 1992 dans une politique de réduction des déchets, McDonald’s France a fait évoluer ses emballages au cours du temps (boîtes à sandwichs, gobelets, sacs à emporter…) avec pour axes prioritaires une réduction de leur poids et l’utilisation de ressources renouvelables. Concernant ses déchets d’huiles de friture usagées transformées en Biodiesel depuis 2004, l’enseigne va utiliser ce biocarburant pour alimenter sa flotte logistique dès 2019.

 

Le poids moyen des déchets d’emballages par client (papiers/cartons, gobelet, couvercle, paille, et cornet à frites) atteint environ 55 g. «C’est en réduisant de quelques grammes le poids de nos emballages que nous réalisons des gains importants de matières» indique Delphine Smagghe, responsable du développement durable pour l’entité française du n°1 mondial de la restauration rapide. Dans cette même optique, le groupe a choisi de supprimer les sachets individuels utilisés pour emballer chaque produit, et a adopté une nouvelle solution pour ses commandes à emporter-VAE qui représentent 50% des ventes. Le fond du nouveau sac incorpore un «croisillon» en carton moulé pour caler gobelet, sandwich, et cornet de frites. Les produits étant bien stabilisés, le grammage du sachet a été diminué. «Nous avions déjà réfléchi en 2007 à l’élaboration d’emballages réutilisables pour diminuer le poids des déchets par vente à emporter-VAE. Deux ACV-Analyses de Cycle de Vie ont démontré qu’il faudrait au moins 10 retours client pour qu’un «Sac Drive» soit cohérant quant à notre politique carbone. Pour les boîtes à sandwichs réutilisables, le risque de contamination alimentaire était trop élevé pour continuer la R&D» nous confie D. Smagghe.

 

 

 

 

 



 

Extrait de l'article paru dans ED/N°636 - Mars 2019