N° 634 - Packaging - International/Revue de presse

 

 


EMBALLAGE / PACKAGING
Greenpeace réalise l’audit des marques pollueuses en plastique, et tient les entreprises pour responsables de leurs actes
En septembre, un nettoyage des plages canadiennes a révélé que la plupart des déchets provenait de 5 entreprises : Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo, Coca-Cola and McDonald’s, selon Greenpeace Canada. «Plus de 75% des 10 000 litres de déchets collectés étaient en plastique dont 2 231 avec une marque identifiable et 700 non identifiables. Les emballages et papiers à usage alimentaire ont été les plus fréquemment trouvés, suivis des bouteilles, des gobelets, des capsules et des sacs à provisions. Les cinq plus grandes entreprises représentant 46% des déchets identifiables. Une fois les marques décomptées, le top des contrevenants, représentant 40% des déchets identifiables, Nestlé Pure Life, Tim Hortons, McDonald’s, Starbucks et Coca-Coca. «La seule façon de réduire la pollution est d’empêcher les entreprises de produire des plastiques jetables» note Sarah King, responsable des océans et des plastiques chez Greenpeace Canada.
(PackagingStrategies, 31 octobre 2018)

 

Greenpeace delivers plastic polluters brand audit, holds corporations accountable
Last September, the beach cleanup on Canadian shorelines revealed most trash could be traced back to 5 companies: Nestlé, Tim Hortons, PepsiCo, Coca-Cola and McDonald’s, according to Greenpeace Canada. “Over 75% of the 10,000 liters of trash collected was plastic. Of that, 2,231 pieces had identifiable branding. Food wrappers were the most common item found, followed by bottles, cups, bottle caps and shopping bags. The top five companies accounted for 46% of the identifiable branded trash.” When the brands were counted, instead of the companies themselves, the top offenders, accounting for 40% of identifiable trash were Nestlé Pure Life, Tim Hortons, McDonald’s, Starbucks and Coca-Coca. “The only way to curb plastic pollution is by stopping corporations from producing throwaway plastics in the first place” stated Sarah King, Greenpeace Canada’s Head of Oceans and Plastics.
(Packaging Strategies, October 31, 2018)

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°634 - Décembre 2018/Janvier 2019