N° 636 - Packaging - Para&pharmacie/Dossier

 

 

 

Notices : concilier la taille et le grammage
Alors que la quantité d’informations augmente, les fabricants d’étuis et de notices (LGR Packaging, Auguste Faller, Reynders Pharma Printing) composent entre la taille et l’épaisseur des notices sur les lignes de conditionnement. La tendance va en faveur d’une diminution du grammage du papier mais aussi aux pliages complexes. Du coup, les fabricants n’hésitent pas à jouer la carte de la créativité avec des “étuis notices“, ou des notices synthétiques et des étiquettes livrets. A l’avenir, l’enjeu est dans la numérisation des supports.

 

Partie intégrante du dossier d’autorisation de mise sur le marché (AMM) des produits pharmaceutiques, la notice est réglementée sur la forme comme sur le contenu, et doit garantir une lisibilité optimale et la bonne utilisation de la part des utilisateurs. Le fabricant doit répondre au mieux aux besoins de son client en fonction de contraintes industrielles liées à l’agrandissement et la complexité des notices. La réduction des délais, l’optimisation des productions et les conditionnements spécifiques, font également partie des priorités.

La complexité des pliages
LGR Packagingcouvre l’ensemble des besoins : bobines, notices à plat, notices pliées simples et complexes. La réduction du grammage du papier notice, jusqu’à 40 à 45 g en moyenne aujourd’hui, découle de plusieurs évolutions, selon Claudine Poncet, la responsable marketing: l’optimisation des coûts, la volonté de réduire l’empreinte écologique et la recherche de solutions face à la complexification des notices. «La taille des notices va crescendo, et jusqu’à parfois un mètre de longueur» continue-t-elle, du fait de la quantité croissante d’informations délivrées sur le support (textes en plusieurs langues, posologie et risques/bénéfices plus détaillés, schémas explicatifs, etc.) et de la taille de caractère minimale imposée par la réglementation européenne (minimum équivalent à du «Times New Roman 9 points») pour assurer la lisibilité des textes. Le format à plat de la notice est toujours plus grand, mais la taille de l’étui dans lequel est insérée la notice n’augmente pas. Pour résoudre l’équation, les industriels jouent sur le grammage du papier et/ou un pliage plus complexe. «Les notices pliées croisées compactes, pouvant aller au-delà de 100 volets, se développent avec des modèles tels que l’outsert (plis croisés et point de colle), le tagsert (plis croisés et adhésif), le twinsert (deux notices collées entre elles)» continue-t-elle. Pour répondre aux attentes sur les notices complexes, des investissements ont été menés sur les équipements d’impression et de pliage sur les sites de notices à Pharprint (France, Dreux) et Goldprint (Belgique, Bruxelles). «Nous proposons également aux laboratoires et façonniers d’être impliqués en amont des projets, afin de travailler ensemble sur un plan de pliage optimal et un emballage adapté aux lignes de conditionnement, précise Claudine Poncet. Cela permet d’être à la fois plus efficients et éco-responsables lors de la production des notices et lors de la mise en étuis sur les machines des clients». Des réflexions sont en cours sur la notice dématérialisée, mais «le support papier, qui a l’avantage d’être toujours disponible et non soumis à une technologie pouvant être défaillante, garde de nombreux atouts». En outre et grâce a sa double spécialité, LGR propose l’EtuiNotice®, un étui à l’intérieur duquel est collée une notice, à partir d’une ligne dédiée répondant aux standards de contrôle et de qualité du Japon, et permettant d’optimiser à la fois la gestion des références et le conditionnement chez le client.

 

 

 


 

 

 

 

 

Leaflets : to adjust size and grammage
As the amount of information increases, manufacturers of folding boxes and leaflets (LGR Packaging, August Faller, Reynders Pharma Printing) have to adjust the size and thickness of leaflets. The trend is towards a reduction in paperweight and complex folding. However, manufacturers do not hesitate to play the card of creativity with “leaflet carton”, circular booklets, or synthetic leaflets. In the future, the challenge is in the leaflet digitalisation.

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°636 - Mars 2019