SteelForPackaging
   
N° 638 - Packaging - Para&Pharmacie/Tendances


 

 

Des probiotiques bien conservés
Avec l’annonce du lancement d’un brevet européen pour les gélules molles capables de contenir une bactérie probiotique et au moins une huile (par exemple Oméga 3), Ayanda annonce «une avancée décisive pour le marché nutraceutique». Le siège européen du groupe Sirio dispose effectivement d’une innovante capacité de développement, pour des nouvelles formes de dosages probiotiques, dévoilée pour la première fois lors du salon VitaFoods Europe le 8 mai dernier, en Suisse.
Le principal enjeu dans la fabrication des gélules molles résidait dans les températures et humidités très élevées, entraînant la destruction de certains probiotiques. Avec ce nouveau process, qui a valu dix ans de développement, Ayanda est en mesure de minimiser la perte des cellules viables pendant la production. Les paramètres de ce process permettent d’améliorer considérablement les taux de survie des probiotiques, et définissent les conditions de stockage et d’emballage en conséquence. «Nous avons démarré ce projet avec l'objectif simple d'essayer de combiner les avantages des acides gras oméga-3 et des probiotiques dans une seule gélule. Rendre les deux composants disponibles dans une seule capsule représente un ajout précieux pour les produits de santé», déclare Dominique Braum, directeur général d’Ayanda.

 

 

L’auto-injection connectée offre plus d’autonomie
L’injecteur à usage unique YpsoDose est un dispositif de raccordement électromécanique, pré-rempli et pré-assemblé pour des cartouches en verre de 3 à 10 ml. Ces volumes s’expliquent par la tendance des patients à vouloir moins d’injections pour les traitements immunitaires ou immuno-oncologiques. Les injections s’en retrouvent donc plus volumineuses, et Ypsomed a développé ce patch à haut volume, où les étapes d’insertion, d’injection, de fin d’injection et de sécurité de l’aiguille sont toutes automatisées. Par mesure de sécurité, l’aiguille reste cachée jusqu’à la fin de l’injection et le retrait du dispositif. Le patient choisit la durée de l’injection entre 2 et 30 minutes, et YpsoDose informe le patient ou le personnel médical de l’avancée du travail, par communication visuelle et/ou audio.

 

 

 

 

Extrait de l'article paru dans ED/N°638 - Mai 2019